Publié dans Service Presse

Au détour du chemin {Hubert Bancaud}

Au détour du chemin0

 

Bonjour tout le monde,

J’ai reçu ce roman sans l’avoir demandé : sur le moment, j’avoue qu’il ne m’avait pas emballé plus que ça. Je ne sais pas pourquoi, mais j’avais beaucoup d’appréhensions, j’imaginais à tors un basic témoignage accompagné de passages de Bible, qui ne veulent rien dire pour moi.. Pour Félicie {qui se croyait} l’athée, ça n’allait pas être facile. Alors j’ai reculé et reculé le moment jusqu’à la limite (du n’importe quoi) [négociable] pour un service presse..

Et puis, un jour, j’ai eu besoin de le lire et il s’est laissé faire dans la journée, d’une traite. Et j’en ressors différente. Pas transformée, toujours pas pratiquante, mais j’ai ouvert des portes. J’ai adoré, vraiment. « Au détour d’un chemin » n’est pas qu’un simple témoignage d’un-gars-qui-marche, c’est un vrai chemin pour nous rappeler qui nous sommes à l’intérieur et où est le sens de notre vie.

Hubert Bancaud, 25 ans, catholique pratiquant, se lance le défi de partir sur le chemin menant à Saint Jacques de Compostelle – puis Madrid pour les JMJ, soit un périple de 2500 kilomètres. L’occasion pour lui de faire un point sur sa vie et de réfléchir à son avenir.

Ce livre est son journal de bord, il est simple d’accès car il écrit comme il parle. Pas de grand vocabulaire scientifique, pas de suspens haletant.. La seule effusion que j’y ai trouvé, c’est celle du partage et de l’Amour. Sa plume est très abordable, jamais sectaire, alliant humour, récit et bienveillance. C’est ce que j’ai vraiment aimé car il y a un profond respect pour les non-pratiquants et il ne cherche jamais à imposer sa foi. Au contraire, il est toujours dans le partage : « je suis comme ça, là je suis heureux, veux tu essayer aussi ? ». C’est aussi simple que ça.

Parti de Bretagne au lendemain du mariage de son frère, les premiers jours sont pourtant douloureux, monotones, solitaires et encore hésitants. Mais la frustration d’abandonner dès le début lui redonne le courage de persévérer et de changer son regard, de laisser ses pensées sédentaires pour de véritables réflexions intérieures de pèlerin. Dans la vie de tous les jours, il faut souvent tout calculer, tout réfléchir, tout penser, tout prévoir : sur le chemin, il faut se laisser vivre et faire confiance. Et ça, Hubert le comprend assez vite.

« Ces derniers jours, des amis et connaissances me demandent où j’en suis dans ma réflexion. Hahaha… Ben… Euh… En fait, depuis que je suis parti, je ne réfléchis pas. Je vis. Et entre nous, c’est bien plus agréable de vivre. »

Faire le chemin, c’est aussi et avant tout un voyage intérieur très personnel. Un jour où la nostalgie le gagne, un simple appel à ses proches lui fait ressentir qu’il vit quelque-chose qu’ils ne peuvent pas vraiment comprendre.. C’est comme si il était sur une autre planète. Il a beau les avoir dans son sac (lisez, vous comprendrez), et rencontrer des tas de pèlerins, il fait ce voyage seul avec lui même.

Hubert à beau être motivé et préparé à cette marche, il est loin de s’imaginer ce que lui réserve ce périple : une aventure humaine extrêmement riche et des surprises à chaque virage. Il partagera un bon vin avec Norbert, échangera ses théories sur la vie avec Benjamin et Jordi, parlera de l’esprit du chemin avec Padre Ernesto, prendra ses repas avec Louis.. et encore de multiples échanges et rencontres qui font grandir. Ces rencontres avec d’autres pèlerins venus du monde entier offrent une belle ouverture sur l’universalité du chemin jacquaire. C’est ce qui nous pousse aussi à la tolérance et à l’ouverture d’esprit ; ce dont peu de personnes sont dotées. Ce qui entraine – selon moi – de gros conflits lorsque l’on est face à des murs. Comme le dit le renard au Petit Prince : On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible avec les yeux.

« Quand on est ouvert, on ne porte pas de jugement. On ne se ferme pas dans des principes, des cases, des idées préconçues. Par contre, on s’intéresse à l’autre, on ne s’intéresse pas tant à ce qu’il fait qu’à sa personne. Pour être ouvert, il ne faut pas avoir peur. Il faut avoir confiance »

Les pèlerins de Compostelle sont tous différents : bien sûr une majorité de Catholiques, mais sur le chemin, vous rencontrez aussi des athées, des protestants, des hindous, des marcheurs, des vélocistes.. Des humains. Lors de certaines étapes, des marcheurs dont le corps dit Stop, arrivent en taxi à l’auberge… et alors ?

« Le chemin de Saint-Jacques n’est pas une épreuve sportive. C’est avant tout une épreuve humaine et spirituelle. Ce qui est important, c’est ce qui se passe dans le cœur et dans la tête ».

J’ai compris encore plus avec ce livre, que l’on n’a pas besoin d’être chrétien pour vivre, ressentir, donner, partager et comprendre toutes les pensées d’Hubert. Ses réflexions et ses prières sont universelles. C’est vrai que je n’ai pas la foi mais je me suis très souvent retrouvée dans ses propos : pourtant je suis plus adepte de méditation, disons que je me cale souvent dans endroit qui me fait du bien et je .. je quoi d’ailleurs ? je réfléchis, je pense, je me vide la tête, je me demande ce que je veux, où je veux aller demain.. C’est finalement très proche des prières dans une église. Sauf que je ne m’adresse pas « à Dieu ».

 

Au détour du chemin1

 

A milieu de toutes ces belles paroles et beaux échanges que j’ai ‘postité’ encore à outrance, j’ai particulièrement aimé le chapitre sur l’éducation des enfants, qui rejoint complètement mes pensées, encore plus après avoir fait l’école au bateau pendant 3 ans.

« Ce sont nos différences qui font nos richesses. Si, dans les écoles, nous cherchions à développer le caractère unique de chaque enfant, ceux-ci seraient bien plus épanouis et apprendraient à mettre en valeur leurs talents et dons. […] Plutôt que de construire tout le monde sur le même schéma, l’école devrait aider chaque enfant à découvrir ce qu’il fait qu’il est unique et merveilleux. Les richesses de l’unicité »

En lisant ce témoignage, cela m’a vraiment donné envie de faire ce parcours. Le nomadisme en bateau me manque – ce n’est pas une surprise – et cette marche est un vrai nouvel appel. J’ai besoin de retrouver ces rencontres, ce hasard, ce sentiment de légèreté, d’épanouissement et tout simplement de bonheur intérieur.

J’ai découvert grâce à Hubert qu’il y avait le Tro Breizh {tour de Bretagne}, pèlerinage qui passe par les villes des 7 Saints fondateurs de Bretagne par chemins douaniers longeant la cote atlantique.. Cela me parait bien plus abordable en kilomètres pour ma petite santé et cela me permettrait de mettre un premier pied en Bretagne, région vers laquelle j‘aimerai me réfugier dans un avenir proche 🙂

Affaire à suivre..

 

Un grand merci à City Editions pour cette lecture ainsi qu’à l’auteur

pour m’avoir autant donné et éclairé ♥

 

∴ ∴ ∴ ∴ ∴ ∴

 City Editions ◊ 304 pages ◊ 31/01/2018 ◊ 17.50€

> > Lien du livre sur le site de City Editions < <

> > Lien du blog où il tenait son journal de bord < <

 

∴ ∴ ∴ ∴ ∴ ∴

 

Et parce que je la trouve vraiment belle et que je vois aussi la vie en Couleurs..

 

Première prière

Seigneur, fais de moi une de tes plus belles couleurs dans ton Œuvre de vie.

Je veux être une couleur vive, une couleur chaude, une couleur de tendresse et d’Amour contre laquelle les gens veulent se blottir.

Une couleur vraie et à l’écoute, à laquelle les gens veulent se confier. Une couleur chaude et joyeuse grâce à laquelle on retrouve le sourire.

Une couleur positive et confiante qui rallume les lanternes de foi.

Fais de moi une belle couleur.

Merci.

 

 

 

2 commentaires sur « Au détour du chemin {Hubert Bancaud} »

  1. Je crois que ce livre m’attire, je ne sais pas trop, je ne suis pas très croyante..
    Pour l’éducation je comprend, parfois j’aurai aimé avoir eu un environnement un peu différent afin d’avoir appris tôt à laisser s’épanouir chaque facette de ma personnalité.. Mais tout n’est pas toujours si facile et j’estime déjà avoir eu beaucoup de chance !

    Aimé par 1 personne

    1. Figures toi que c’est pour cette raison que je l’ai reculé, reculé.. je suis un peu – complètement athée et je ne voulais pas me retrouver avec des prières à tout va et des paroles de berger et pêcheurs etc.. le Gros cliché très moche. Et puis va savoir pourquoi, il fallait que je le lise en ce moment ?! l’auteur parle, je crois comme toi et moi, il est bienveillant, accueillant, chaleureux même quand ça va mal pour lui. On lit un journal de bord de rencontres, de partages, de surprises.. tout ce que j’aime. C’est un livre qui a son public c’est vrai alors je ne t’en dirais pas plus qu’avec cette chronique. Tu le liras si il vient à toi 🙂 bonne semaine, bises ^^

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s