Caliéor {Julie Broly}

Caliéor

 

Bonjour tout le monde,

Comment allez vous en cette troisième fin de semaine de confinement ? Malgré un moral en dents de scie, je dois avouer que ce temps « libre » me permet de pouvoir me remettre à flots dans les retours de lecture, certains datant d’au moins 6 mois !! c’est le cas de ce roman oscillant entre le policier et la romance contemporaine..

Sarah débute dans le journalisme. La tête encore pleine de rêves et d’espoir pour ce job qu’elle espérait exaltant,  la réalité du métier lui laisse un goût amer. Un jour elle se voit confier un reportage de terrain dans un lycée pro, c’est loin de ce qu’elle voulait mais elle trouve l’occasion de pouvoir montrer ce dont elle est capable. Or une fois sur place, Sarah va faire une rencontre non vide de sens. Une jeune prof prénommée Caliéor va faire irruption dans sa vie. Puis un jour, Caliéor disparait : une enquête est ouverte pour retrouver mais aussi comprendre son assassin.

Il est parfois bon de se contraindre dans la lecture d’un roman. J’ai souvent voulu arrêter car nous sommes vite embarqués  dans une histoire à l’eau de rose.. et une eau de rose d’un genre de lecture que je n’affectionne pas. Subtilité, sensualité, érotisme et obsession, des tempéraments qui ne me font pas peur mais simplement, je m’identifie pas du tout aux personnages. C’est avec bonheur qu’une seconde partie s’est invitée après 133 pages de romance, et je me suis laissé faire.

Une construction intéressante certes mais qui a failli me perdre. Entre des débuts très charnels de la part d’une Sarah obsessionnelle et l’enquête, on pourrait s’y méprendre. Pourtant la lecture n’en reste pas moins entrainante. Une plume facile et prenante, les inspecteurs Philippe et Mathias occupent bien le terrain. Le rythme est différent, l’enquête avance subtilement même sans grand suspens mais la remontée vers l’assassin – que nous connaissons tous, nous prend aux tripes, dévoile les pensées et le machiavélisme du meurtrier.

Sarah, toujours, n’a pas su me convaincre, je ne l’ai pas aimé, trop intrusive, trop obsédée et pourtant, reste un personnage très bien construit. Sa psychologie est parfaite, jusqu’à la fin, elle nous emporte dans son amour possessif et destructeur. Une héroïne terriblement humaine qui aime à en mourir. Ici encore, la passion peut nous élever intensément jusqu’au point de non retour.

Un bon premier roman, au sujet intéressant qui ouvre la discussion sur l’amour obsessionnel et ses dérives.

Merci infiniment aux Editions de la Rémanence, et toutes mes excuses pour le retard apporté dans mon retour de lecture…

 

∴  ∴  ∴  ∴  ∴  ∴

Rémanence {Lien} ◊ 280 pages ◊ Sortie Juin 2019 ◊ 14€ broché et 5.99€ numérique