Les Jolis Mots… #10

Désuets ou rigolos, Félicie aime les jolis mots.. Aussi

Synonyme : écholalie (trouble du langage)

MONSIEUR SMITH : Kakatoès, kakatoès, kakatoès, kakatoès, kakatoès, kakatoès, kakatoès, kakatoès, kakatoès, kakatoès.
MADAME SMITH : Quelle cacade, quelle cacade, quelle cacade, quelle cacade, quelle cacade, quelle cacade, quelle cacade, quelle cacade, quelle cacade.
MONSIEUR MARTIN : Quelle cascade de cacades, quelle cascade de cacades, quelle cascade de cacades, quelle cascade de cacades, quelle cascade de cacades, quelle cascade de cacades, quelle cascade de cacades, quelle cascade de cacades.

« La cantatrice chauve – Scène XI », Eugène Ionesco – 1950

Les Jolis Mots… #9

Désuets ou rigolos, Félicie aime les jolis mots.. Aussi

Synonyme : embobiner, embarrasser

[…], le roi des Hellènes se souvient que Mme Waldeck-Rousseau vient de perdre sa mère, veuve du professeur Charcot d’illustre mémoire. Il ne manque de faire ses condoléances. « J’ai bien pris part à votre deuil. C’était un si grand savant que Pasteur. » Charcot, Pasteur, les noms s’étaient emberlificotés dans la tête du brave souverain. 

« Mes mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse » de Joseph Caillaux – 1942

Chronique d’un abandon.. #Préquelle

Coucou les copains lecteurs !

Voici poindre une nouvelle catégorie chez Félicie : La chronique d’un abandon !

Sujet tabou que les « chroniques négatives rendues publiques« . Si un roman nous tombe des mains, beaucoup estiment qu’il n’est pas nécessaire d’en parler. Quand je vois les propos de certains lecteurs, peu enclins à l’objectivité, il serait préférable de ne rien dire effectivement. Oups.

Seulement là, si je décide de stopper un livre, ce n’est pas forcément qu’il est mauvais : c’est peut-être parce que je n’aime pas l’histoire, que je n’y trouve pas mon intérêt, qu’il est trop complexe pour moi (comme quelques classiques..) etc… Mais il se peut aussi que j’aime l’histoire, l’univers… mais que je ne sois pas réceptive à la plume voire que ce n’est tout simplement pas le bon moment ; une lecture, c’est pour moi un rendez-vous.

Bon il se peut que le livre soit carrément nul, nul…. mais je prendrai des gants pour le dire 🙂 comme d’habitude ! Même en cas d’avis négatif, on n’est pas obligés de dézinguer les auteur(e)s, hein ?!

Alors pourquoi abandonner un roman si il est « bien » ? Ma raison principale, c’est que ma bibliothèque regorge de livres qui attendent d’être lus, nouveaux, anciens.. Et je manque cruellement de temps. Je ne veux pas perdre de précieuses heures à lire quelque-chose qui ne me convient pas à l’instant T. Là encore, c’est un débat perpétuel, mais c’est surtout un avis personnel. Je n’ai pas l’impression de manquer de respect à l’auteur(e) en abandonnant son roman ni en l’avouant ; je ne veux plus me forcer et préfère stopper, c’est tout.  

De plus, un argument non négligeable pour moi : 99% de mes lectures sont d’occasion, je n’achète pas de romans récents, donc neufs (qui coutent un rein). J’ai carrément moins de scrupules à le lâcher sans me dire que j’ai mis 20€ à la poubelle.

Après plusieurs abandons cette année, j’ai constaté qu’une majeure partie étaient des livres plutôt bien côtés : hasard ou confirmation qu’il ne faut peut-être pas que je lise des « Best seller » ? Je sais que nous sommes tous des lecteurs aux sensibilités et envies différentes, il est fort probable que j’aie abandonné ce livre que vous avez justement adoré (ou inversement). Je compte sur vous pour me faire part de votre ressenti ou me poussiez à reprendre ma lecture.. Comme il me parait évident que je ne peux “chroniquer” un abandon, mes retours seront donc dans une forme différente et parfois plus succincts. 

Voici donc le but de cette nouvelle catégorie qui je l’espère, sans être régulière, nous apportera de chouettes moments d’échanges éclectiques !

A bientôt pour ma première lecture inachevée.

Challenge « Lire 22 romans en 2022 »

Cet article est une redite, mais j’en ai besoin pour l’organisation du blog 🙂 Mercii !

Bonjour tout le monde !

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas fan de Challenges. Je ne suis pas fan d’obligations en général, des délais, des impératifs de lecture pour faire simple.

Alors pourquoi celui-ci ?

2021 a été pauvre en lecture pour plein de raisons : j’y ai perdu un peu le goût aussi. Ce challenge va me permettre – peut-être – de remettre le pied à l’étrier, sans me sentir trop obligée. C’est l’occasion aussi de sortir des étagères, des livres qui attendent depuis trop longtemps parfois.

22 {+ 1} sur l’année, c’est l’équivalent de 2 romans par mois, c’est normalement jouable 🙂

Et puis j’ai l’intention de coupler avec le challenge de Maud qui cagnotte à chaque livre lu ET chroniqué sur son blog. Cet argent cagnotté lui sert de budget pour l’année d’après. Cela va donc me « motiver » à vous faire mes retours de lecture au plus vite (à ce jour, plus de 30.. ?! 😦 ). Sans commentaire.

Pour ce challenge, je mettrai 3€ dans ma tirelire, à chaque romans lu et chroniqué ici.

Voici la liste des romans que je souhaite lire avant le 31 décembre 2022.

« Dites leur que je suis un homme » d’Ernest J. Gaines (Liana Levi Piccolo)

« Ma part d’animal » de Muriel de Rengervé (Léo Scheer)

« Le château » tome 1 des Ferrailleurs d’Edward Carey (Poche) – Abandonné.

« La vérité sur Lorin Jones » d’Alison Lurie (Rivages poche)

« La chambre des merveilles » de Julie Sandrel (poche) – Lu, en attente chronique

« En mer » de Toine Heijmans (poche) – Lu, en attente chronique

« L’histoire d’Helen Keller » (poche) – Lu, en attente chronique

« L’appel sauvage » de Jack London (poche Libretto)

« Circé » de Madeline Miller (poche) – Lu, en attente chronique

« My absolute darling » de Gabriel Talent (Totem Gallmesteir)

« La duchesse de Langeais » d’Honoré de Balzac (poche)

« Deux graines de cacao » d’Evelyne Brisou Pellen (poche)

« Moby Dick » d’Herman Melville (poche Libretto)

« Consuelo » de George Sand (poche Libretto)

« La race des orphelins » d’Oscar Lalo Lu, en attente chronique

« Memento mori » de Patrice Quélard (auto-édition)

« Métal mélodie » de Maryvonne Rippert (Milan) – Lu, en attente chronique

« Cap Horn » de Fransisco Coloane (Phébus)

« Ulle » de Vicki Baum (Phébus)

« Une glace ou la mort » de Gareth P. Jones

« P.O.C. » de Stéphane Grisard (auto-édition)

« L’enfant loup » de Jean Frédéric Vernier (Atelier Henry Dougier)

Un 23ème pour le fun :

« Modern Love » de Daniel Jones (Phébus).

N’hésitez pas à venir partager vos avis si nous avons des lectures en commun ou si vous souhaitez que l’on s’organise pour lire un titre ensemble..

Belles lectures à tous !

2022, c’est mieux ?

Olà !

C’est dingue comme le temps passe vite. Vous m’avez manqué, la lecture m’a manqué.

Je tente de sortir la tête de l’eau, de me remettre à lire, à poster surtout pour résorber mon retard .. à garder du temps – si précieux, pour moi.

Me revoilà seulement maintenant, avec cette peur de revenir quelques semaines pour replonger dans le silence peu après. Malgré toute la passion que j’ai pour la lecture et ce monde littéraire, éditorial et j’en passe.. il fallu que je priorise. 2021 a eu son lot d’émotions, des bonnes, de beaucoup moins bonnes. J’ai déménagé, changé de région, deux fois de boulot, été en clinique, découvert l’édition côté coulisses.. Je suis de celles qui savent parfaitement que la vie est faite de choix, que notre destin est entre nos mains, seulement parfois, c’est la vie qui nous oblige à lâcher prise, à choisir un chemin plus qu’un autre. Toujours cette santé fragile qui me pèse et pour laquelle je dois désormais mettre un accent prioritaire, un nouvel emploi compliqué et une organisation que je n’ai pas trouvé. Je n’ai plus eu de temps pour moi. Depuis Septembre 2021, j’ai lu 3 ou 4 livres. Le désastre.

Je suis très heureuse de vous retrouver et reprendre les articles mais… force est de constater que le blog + instagram (+ fbook qui se meurt à petit feu..) me prennent beaucoup de temps. Aller à l’essentiel, je ne sais pas faire pour le coup, je m’éparpille sûrement trop. Moultes conversations avec mon moi intérieur pour réfléchir à ne garder peut-être qu’un support mais pfff… j’y trouve du Pour et du Contre à chacun. Alors dans un premier temps, je vais prioriser encore. J’ai de nombreux retours de lectures à rendre, des services presses en premier, question de respect pour les auteurs et petites maisons qui m’ont fait confiance en m’offrant leurs romans. Les autres lectures attendront ! Surtout que la plupart des retours sont en brouillon fini, je n’ai « plus qu’à » poster ici et faire une joulie photo.

Pour aujourd’hui je ne fais pas de bilan lecture 2021, je vous posterai les chroniques en temps voulu. J’aimerais vous parler de 2 / 3 maisons d’édition que j’ai eu le bonheur de découvrir :

Cactus inébranlable, l’éditeur qui gratte et qui pique ! petite maison Belge que j’ai découvert avec « Mollo sur la win » de Christophe Esnault ; auteur que j’ai connu par une autre maison d’édition (vous suivez ?! ). Je n’ai pas résisté à leur collection Petit Cactus, des recueils d’aphorismes. J’ai pris le titre « La mort ne porte pas de talons aiguilles » de Gabriel Noncris. La couverture m’a tout de suite séduite, les mots à l’intérieur aussi, il faut donc que je vienne vous en parler !

Autre maison, autre univers : Les éditions du Panseur. Alors je m’avance peut-être car je n’ai pas encore lu « L’homme qui n’aimait pas les chats » d’Isabelle Aupy. Mais je l’ai ! et pour les suivre sur insta, je pense que de belles choses se cachent derrière leurs parutions. Vous connaissez ? Affaire à suivre donc.

J’ai continué ma découverte de la maison Aethalidès : ils assument – et j’adore – leur côté « Freaks », ont une ligne éditoriale détonante et aux écrits qualitatifs et parfois {trop} exigeants pour moi. Mais j’aime la qualité des textes et leur originalité. A moi « La chienne« , « Lettre au recours chimique« , « Quartier des Innocents » et j’ai retrouvé avec grand plaisir celui qui me les a fait connaître, j’ai nommé le grand Alexis Legayet avec un « Délivrez-nous du mâle » succulent. Je suis Fan.

Une maison qui a déjà du vécu mais … j’ai pété le budget. Achats compulsifs chez Phébus et surtout Libretto. J’adore cette maison, leur {anciennes} couvertures, ne me demandez pas pourquoi ! J’ai commencé à en acquérir avec la collection de la réedition de l’oeuvre de Jack London : sur les 39 parus chez Libretto, j’en ai 14 et je crois bien.. que je veux toute la collection 🙂 Depuis, j’étends mes acquisitions avec les autres titres, j’ai une liste longue comme le bras sur Vint@d.. Voilà.

Mes précieux..

Tout début 2022, lors de mes balades furtives sur le net, j’ai vu un challenge. Oui-je-sais, je n’aime pas les challenges mais celui-ci me motivera peut-être à reprendre la lecture plaisir ET à faire baisser ma pile de livres qui attendent depuis des mois. Je ne sais plus du tout qui l’a initié mais il s’agit de lire 22 livres en 2022. En temps normal c’est faisable – cela ramène à 2 livres mensuels à peine, mais vu mon rythme fin 2021… dois-je y croire ? Voici tout de même les romans que je veux lire cette année.

« Dites leur que je suis un homme » d’Ernest J. Gaines (Liana Levi Piccolo) – « Ma part d’animal » de Muriel de Rengervé (Léo Scheer) – « Le château » tome 1 des Ferrailleurs d’Edward Carey (Poche) – « La vérité sur Lorin Jones » d’Alison Lurie (Rivages poche) – « La chambre des merveilles » de Julie Sandrel (poche) – « En mer » de Toine Heijmans (poche) – « L’histoire d’Helen Keller » (poche) – « L’appel sauvage » de Jack London (poche Libretto) – « Circé » de Madeline Miller (poche) – « My absolute darling » de Gabriel Talent (Totem Gallmesteir) – « La duchesse de Langeais » d’Honoré de Balzac (poche) – « Deux graines de cacao » d’Evelyne Brisou Pellen (poche) – « Moby Dick » d’Herman Melville (poche Libretto) – « Consuelo » de George Sand (poche Libretto) – « La race des orphelins » d’Oscar Lalo – « Memento mori » de Patrice Quélard (auto-édition) – « Métal mélodie » de Maryvonne Rippert (Milan) – « Cap Horn » de Fransisco Coloane (Phébus) – « Ulle » de Vicki Baum (Phébus) – « Une glace ou la mort » de Gareth P. Jones – « P.O.C. » de Stéphane Grisard (auto-édition) – « L’enfant loup » de Jean Frédéric Vernier (Atelier Henry Dougier)

Soyons foufous, le 23ième.. – parce que je ne respecte jamais rien, c’est « Modern Love » de Daniel Jones (Phébus).

Je serais bien tentée d’appliquer le défi de Maud qui cagnotte à chaque livre de sa P.a.l. lu et chroniqué. Ce gain lui permet d’avoir son budget livresque pour l’année suivante. Mais cela voudrait dire que je n’achète donc rien cette année ?! le bas blesse, il me reste tant de Libretto à découvrir 😀

Et vous des défis particuliers pour cette année ?