Publié dans Service Presse

Océan d’amour, océan de la peur – Jocelyne Tribot

Hello coucou les copains lecteurs !

Comment allez vous ? Ici ça va, malgré notre descente vers le sud de l’Espagne, le temps froid nos rattrape sérieusement, il va falloir que l’on rame encore plus vite désormais ^^

Cela fait un moment que j’ai fini ce livre mais bizarrement, je n’arrivais pas à poser d’avis.. Je ne l’explique pas, j’ai pourtant aimé l’histoire mais je crois que la fin m’a tellement surprise que je suis restée dessus justement !

Ocean d'amour, ocean de la peur - Tribot, Jocelyne

C’est une histoire plutôt courte et qui se lit facilement. Le titre, assez évocateur, le résumé associé à la petite fille à l’air triste sur la couverture, nous propose quelque chose de dramatique.

Nous faisons très vite connaissance de Maémie, 8 ans et de sa petite vie toute simple dans sa famille « unie ». Son quotidien est très modeste mais nous sentons bien que beaucoup d’amour nourrit leur relation. Un jour, lors d’une banale ballade en ville avec sa maman, la Terre se met en colère et un tsunami frappe la plage où elles vivent.. La vague immense déferle et abat son lot de catastrophes : éboulements, inondations, torrents dévastateurs.. la peur et l’affolement s’empare d’elles et les séparent.

Maémie va rencontrer des personnes, elles aussi victimes. Elles vont s’unir pour essayer de retrouver des membres de chacune des familles et surtout se soutenir dans cette effroyable catastrophe.

La plume de Jocelyne Tribot est simple, fluide et pleine de douceur. L’histoire est narrée par Maémie, avec ses mots à elle, ses craintes et ses peurs, surtout sa tristesse d’avoir perdu les siens.. elle va évoluer dans un univers d’horreur où se mélangent les restes de sa ville et les survivants.. Malgré son jeune âge, les faits sont pourtant décrits avec beaucoup de justesse. On a de la peine pour elle, on aimerait la prendre dans nos bras pour la réconforter et l’aider à surmonter tout ça. La fin est arrivée si vite, je ne l’ai pas comprise : un mélange entre « ouf » et « non, ce n’est pas vrai »..  Je ne juge aucunement l’écriture de l’auteure, je pense que je suis simplement tout à côté !

Je remercie Evidence Editions pour l’envoi de ce Service Presse et bien sur Jocelyne Tribot pour avoir partagé sa plume.

Vous pouvez vous procurer ce roman ICI !!

Quand à moi, je vais préparer mon sac de rando car demain… c’est expédition Cabréra.. ça vous dit quelque chose.. ??? !

A très bientôt !

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

Résumé : Maémie est une petite fille de huit ans, vivant avec ses parents aux abords de l’océan. Un tremblement de terre puis un tsunami dévaste tout sur son passage. Elle est sauvée in extremis de l’eau. Ses parents sont introuvables, elle va devoir suivre des inconnus au travers la ville réduite en miette et va faire face au massacre qui est devenu sa vie d’enfant.

Editions : Evidences Editions

Collection : Electrons libres

Service presse numérique envoyé par Evidence Editions.

 

Publicités
Publié dans Service Presse

Larguez les amarres {Philippe Frot}

Larguez les amarres - Frot, Philippe

Alors ce livre était fait pour moi ! « larguez les amarres », tiens donc.

Rien que la couverture m’évoquaient tant de choses.. partir, tout claquer, en van et parcourir le monde en quête de notre liberté et de notre propre bonheur.. ahh….

Nous allons découvrir Camille Fort, ouvrier et fraichement séparé (depuis deux ans) de sa siamoise et habité depuis toujours par un fort manque de confiance en lui.. Sa vie se résume à l’éternel métro-boulot-dodo quotidien, que beaucoup connaissent : cruel réveil, café salvateur, trajet, pointeuse et patron capitaliste etc…

Il ne supporte plus ce système qui lui tire et crache dessus depuis des années et c’est ainsi qu’un jour, il pète les plombs au boulot, s’en prend à son patron et plaque tout.

C’est sur la route de sa nouvelle liberté que nous allons le suivre et profiter de ses rencontres. C’est grâce à toutes ses personnes qu’il va s’ouvrir et comprendre qu’il existe, qui il est et ce qu’il vaut.  La vie peut être très belle quand on sait s’entourer et reconnaitre le bonheur.

L’auteur nous emporte dans un monde – très proche – où tout est possible : des personnes tolérantes, pleine de joie de vivre, d’amour et d’optimisme. C’est un monde que beaucoup pourrait croire utopique mais non,  il est juste à côté de nous suffit de tendre la main et d’écouter son cœur. Notre liberté n’est pas loin, il faut lâcher prise et accepter de sortir de sa zone de confort habituelle afin d’y découvrir un bonheur immense, celui qu’on aura choisi. On prêche une convaincue… La plume de l’auteur est simple et directe, drôle et touchante à la fois, mais toujours juste. Elle reflète exactement mon idéal de vie ! Je remercie Philippe Frot de nous avoir ouvert les portes de la liberté, j’ai adoré faire la route Espagnole avec Camille, rencontrer Victor, Fernanda & Antonio, Isabella.. nous retrouver guitare à la main autour d’un feu, à refaire le monde.

Je recommande très fortement ce roman à tous ceux qui en ont ras la casquette et qui on besoin d’un ptit coup de pouce pour réaliser que la vie est courte et qu’il faut la vivre simplement et à sa propre image.. Je vous file les clefs du van, continuez à chercher votre place moi j’ai trouvé mon bonheur !

Pour vous procurer cette bouffée d’air c’est par ICI

Service presse numérique envoyé par Evidence Editions.

 

Publié dans Destins de Femmes * 1 * 2018, Service Presse

La Marquise aux poisons {Guillaume Lenoir}

La Marquise aux poisons - Lenoir, Guillaume

Le parcours de l’une des criminelles les plus célèbres de l’Histoire. Dévorée par son amour pour le chevalier de Sainte-Croix, Marie-Madeleine d’Aubray, marquise de Brinvilliers, mène un train de vie dispendieux. Prête à tout pour satisfaire les goûts de luxe de son amant, et manipulée par un homme sans scrupules, elle sera emportée dans un engrenage meurtrier, marquant d’un voile noir le règne du Roi Soleil.

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Encore un autre univers qui s’ouvre dans ma liseuse…. l’historique !

Depuis que nous faisons l’école à la maison avec ma petite buissonnière, j’ai redécouvert l’histoire.. complètement abandonnée sur les bancs du lycée ! Trop de dates à apprendre surement et pas assez « d’Histoire » à mon gout.

« La Marquise aux poisons » m’a d’abord attiré pour sa couverture : sobre, noire, avec le dessin d’une belle jeune femme au regard sans expression, un peu triste et mystérieux.

L’auteur va vous plonger au cœur de la vie de Marie-Madeleine d’Aubray, Marquise de Brinvilliers : très jeune, cette femme a été violée, a des relations sexuelles avec ses frères et son père l’en tiendra pour responsable ! Plus tard, lasse des dettes et des écarts de conduite de son époux parti se réfugier à la campagne pour fuir ses créanciers, elle se rapproche très amoureusement de son ami, le Chevalier de Sainte Croix qui va largement abuser de cette faiblesse.

La Marquise se retrouve enfermée dans une spirale infernale, partagée entre les dettes de son époux et les demandes financières incessantes de son amant, qui la prends, la rejette et la manipule au plus au point. La situation prendra une tournure machiavélique qui l’obligera à empoisonner son père, puis ses frères afin de récupérer une part d’héritage. Cette descente aux enfers est largement dirigée par l’amour aveugle qu’elle porte à Sainte Croix, elle s’enfonce doucement dans une situation qui l’emmènera fatalement vers l’échafaud.

Ce livre est un mélange entre une biographie et une fiction romancée : l’auteur a su complètement nous immergé dans les faits de notre histoire, en se rapprochant au mieux de la vie, la condition et la position des femmes à cette époque, mais aussi en y apportant une touche de fiction.. Certainement pour ne pas trop caricaturer le personnage de la Marquise.. qui est avant tout une femme au passé sensible. La fin du livre est fournie en très nombreuses sources utilisées par Guillaume Lenoir. Le travail de recherches est phénoménal.. peut être ordinaire pour ce passionné d’Histoire ! Son récit est au plus proche de la réalité et nous permet de découvrir très facilement la vie de cette « Empoisonneuse », sans jamais juger le personnage.

Marie Madeleine est tantôt perfide, tantôt sensible.. On aurait envie de la soutenir et lui venir en aide et puis la seconde d’après, la jeter en pâture.. La plume de l’auteur, jamais accusatrice, reste impartiale face à la personnalité de la Marquise.. Elle nous fournit tous les éléments de l’histoire, à nous ne nous faire notre propre jugement.

Au final, ce roman historique se place très bien pour ceux qui aiment l’histoire ou  qui, comme moi, souhaitent découvrir des vies tumultueuses qui ont fait notre passé, sans détails imbuvables.. J’ai vraiment beaucoup aimé ce passionnant roman, qui se lit très bien. Un autre petit coup de cœur pour moi, je suivrais désormais Guillaume Lenoir à la trace 😉 Il a d’ailleurs sorti un nouveau roman, dans un genre complètement différent.. j’ai hâte de le découvrir !

Je remercie Guillaume Lenoir pour m’avoir fait découvrir ce destin tragique par ses mots si justes et extrêmement bien travaillés.

Pour vous procurer ce roman, rdv sur la boutique d’Evidence Editions ICI !

Service Presse envoyé par la maison d’édition.

Publié dans Service Presse

Les secrets de la petite boite en fer {Isabelle Fluckiger Jachym}

Les secrets de la petite boite en fer - Fluckiger Jachym, Isabelle

Quand j’entendais mes copines de lectures parler de « coup de cœur », j’étais presque jalouse.. Hey, pourquoi elles ont des frissons, elles ? Pourquoi elles ont ressenti des trucs ? et d’ailleurs, ça arrive comment un coup de cœur ? Et puis c’est quoi d’ailleurs.. ?

Lasse de mes interrogations, j’ai entamé tranquillou « Les secrets de la petite boite en fer » d’Isabelle Fluckiger Jachym..

Déjà, le titre.. « une petite boite en fer » ; ça recèle souvent de souvenirs et des secrets tristes, drôles, amoureux.. Sur la couverture, des photos anciennes, j’adore ça.. on fige le passé en noir & blanc..

Dès les premières pages, j’ai été touchée, vraiment.. C’est l’histoire de Marie, petite mamie qui me rappelle ma Félicie à moi. Elle a 95 ans et Alzheimer qui s’installe confortablement dans sa vie.

Elle débarque sans famille en maison de retraite pour y finir ses jours, tranquillement et ‘entourée’. Elle est perdue, dans ses nouveaux murs, dans sa nouvelle chambre qu’elle ne reconnait pas.. et ce malgré toute l’attention du personnel soignant. La seule chose qui la ramène à sa vie, c’est sa petite boite en fer.. jamais loin d’elle. Au fil des jours, elle se prend d’affection pour deux des soignantes, Assya et Claire. Dès qu’elles le peuvent les deux jeunes femmes viennent passer du temps avec Marie qui dévoile peu à peu, les secrets de sa petite boite en fer, grâce aux photos qui la composent.. C’est l’histoire de sa vie, avec son lot de bons et mauvais moments.. La rencontre avec son bien aimé Charles, l’amour de sa vie, la Guerre de 1940 qui les a séparé, la perte de son fils de 3 ans et son mariage avec un homme très amoureux… Petit à petit, une relation va s’installer entre ces trois femmes, ce qui réconfortera Marie et lui donnera du baume au cœur.

Les 30 premières pages m’ont mise dans le bain : j’ai été émue par son arrivée dans la maison de retraite, je l’imaginais toute petite, toute frêle.. réalisant que c’est certainement sa dernière demeure. Elle est perdue et en colère contre cette maladie qui lui gâche ses souvenirs. Mais elle est si attachante et tellement amoureuse ! Le personnel est présent, très attentif au confort des aïeuls, la prise en charge est très personnalisée, j’ose espérer que c’est comme ça partout, ça fait rêver ! Assya et Claire sont douces et patientes. D’autres personnages feront leur apparition au fil du roman, tous aussi précieux et indispensables au bonheur de Marie.

L’auteur alterne les pensées de Marie et la narration, le passé et le présent, sans jamais se perdre. Les mots sont justes, tendres et sincères, l’écriture est fluide et sensible, elle pique là où il faut. On se plonge dans les souvenirs de cette adorable Marie, ses doutes, ses craintes et son mal être d’être au milieu d’autres ‘malades’ de l’Ephad, mais surtout, on réalise tout cet amour indétrônable qu’elle porte à « son Charles ».

Les mots me parlent, me bercent ou me choquent tellement que j’ai dansé une valse brune au bal du village, j’ai frissonné  lorsque Marie nous parle du feu qui rosissait ses joues un après midi près de la rivière, j’ai entendu les bombes tomber sur les soldats et les pleurs des familles perdant leurs hommes, j’ai forcément pleuré lorsque c’est Charles qui est tombé… J’ai eu envie de rassurer Marie lorsqu’elle se perdait dans les couloirs, j’ai eu les viscères de maman se tordre lorsque son fils a disparu, j’ai retrouvé un semblant de sourire avec Henri, j’ai eu le cœur qui faisait des bons pour des alliances…. J’ai ressenti la douceur de ses petites mains fripées dans lesquelles j’aimais me tenir.. Et j’ai pleuré jusqu’à la dernière ligne…  !!  Tout ça parce que l’auteur a su trouver les bons mots, ceux qui vous racontent une vie pleine d’émotions, sans jamais tomber dans le mélodrame cliché. Cette histoire, cela pourrait très bien être celle de votre mamie.

Alors oui, ce n’est pas un roman « claque-à-l’Américaine », empli d’effet spéciaux… C’est une leçon de vie, un roman VRAI, riche d’amour, de joie, de souvenirs, de sentiments, de moments difficiles. Il nous remet aussi à notre place, pour comprendre nos grands parents, pour respecter ce qu’ils ont vécu, et pour les accompagner au mieux. On y apprend aussi les difficultés et la charge de travail du personnel soignant, au quotidien.

Au final, j’ai maintenant compris ce qu’était un coup de cœur : c’est un truc qui t’arrive en pleine tronche, sans prévenir (sinon c’est pas drôle..) et qui parle à tes tripes : tu lis une phrase, ça te chatouille, tu lis un paragraphe, tu chiales, au bout d’un chapitre, tu es transporté là bas.. A la fin du livre, Marie est ta mamie à toi et tu lui tiens aussi la main avec Henri,  en pleurant.. bref, c’est une méga bombe dans ton ptit coeur…

Je croyais pourtant que j’étais vide à l’intérieur, que je lisais pour occuper mes yeux le soir .. Tout ça c’est fini, j’en ressort chamboulée et pour ça, je dis un énorme Merci à Isabelle ! Je suis fan, je crois que je ne vous lâcherai plus.. ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Je ne peux que vous conseiller fortement de vous procurer cette pépite en or massif (ICI).

Je vous remercie encore chaleureusement Isabelle pour m’avoir permis de découvrir son roman, merci pour votre gentillesse et votre disponibilité et Evidence Editions qui m’a procuré ce Service Presse.

**********************

Auteur : Isabelle Fluckiger Jachym

Evidence Editions collection Electrons libres

Sortie : 13 Mai 2017

Résumé : Marie 95 ans, atteinte de la maladie Alzheimer entre en EHPAD. Elle apprend à vivre en communauté et au rythme des soins de l’institution. Elle se prend d’affection pour deux soignantes, Claire et Assya à qui au fil des jours, elle confie l’histoire de sa vie parsemée de tragédie dont la perte de son fiancé Charles en 1940 lors de la guerre, la disparition de son fils de 3 ans et demi et son mariage avec Henri après la guerre…

Merci de cliquer ICI pour la boutique