12 presque 13 {Lisa Greenwald}

Mercredi c’est trop permis !

 

Bonjour ! Mon petit rendez vous annuel avec mes deux jeunes ados-rables ! L’an passé j‘ai eu le plaisir de découvrir « 11 presque 12″ de Lisa Greenwald (lien de mon avis ici). Cette année, je retrouve Arianna et Kaylan pour la suite de leurs aventures dans 12 presque 13 : les 12 choses carrément dingues à faire pour être encore plus géniales avant d’avoir 13 ans.

 

IMG_20190821_121703_883

L’an passé, c’était Kay qui nous racontait l’histoire avec ses mots et son point de vue : cette fois, c’est Ari qui nous confiera ses émotions. Ce roman est plus centré sur elle car un grand événement se prépare.  Ari est juive et c’est l’année de sa bat-mitsva, l’anniversaire qui célèbre la majorité religieuse à 13 ans dans la religion juive. J’ai beaucoup aimé la place donnée à la connaissance de cette religion ainsi qu’à la préparation de cette fête.

Mais la bat-mitsva n’est pas le seul sujet traité dans 12 presque 13 :  le thème de l’amitié est présent en profondeur, avec tout son lot de tracas, d’inquiétudes et de questionnements, de jalousie, de déceptions.. quand on a 12 ans, les amies c’est pour toujours. On croit qu’on s’aimera à la vie à la mort et que rien ne pourra nous séparer. Mais à cet âge charnière où l’évolution physique et psychologique est souvent redoutable, la vie va leur montrer qu’il n’est pas toujours facile de grandir sur le même chemin et de partager.

Même si le fil rouge de la liste reste le même d’un tome à l’autre, les défis sont différents et en adéquation avec leur évolution, leur âge, leur mentalité ou leur quête de soi. Mais lorsque l’une part en camp de vacances avec des ados de sa synagogue, l’autre reste tranquillement dans le quartier à papoter avec les amies du collège, forcément l’écart commence à se creuser et les amitiés se dispersent. On s’approche de personne qui nous ressemblent, avec qui l’on partage nos idéaux ou notre religion.. Bien que la jalousie s’installe indéniablement en voyant des photos diffusées sur les réseaux sociaux,  cette nouvelle liste les poussera également à savoir qui elles sont vraiment.

L’identité et les racines familiales sont un point fort du roman aussi : à une époque où presque tous nos jeunes tendent à se ressembler, ce roman insiste sur l’importance reconnaitre ses valeurs, ses origines, d’affirmer sa personnalité et s’accepter tel que l’on est.. Les querelles et les réflexions qu’Ari a traversés durant la préparation de sa bat-mitsva, sont une belle réussite d’affirmation de soi et de confirmation de Foi.

La religion est une boussole qui nous indique la marche à suivre lorsque rien n’a de sens.

La plume de l’auteure est très vivante et une nouvelle fois empreinte de réalisme afin de transmettre à nos ados, des clés pour passer cette étape avec humour, patience, relativité. Le tout avec des mots actuels et des émotions qui parleront à beaucoup.

En bref, j’ai adoré ce deuxième tome, plus que le premier. Il est plus profond, et les jeunes peuvent complètement s’identifier. J’ai beaucoup aimé suivre l’évolution de Kay et Ari par rapport au premier tome. Et cette immersion dans la religion juive est un vrai bonheur !

Vivement le prochain ..

 

Merci à Laure P. et Slalom pour cette super lecture jeunesse !

 

∴ ∴ ∴ ∴ ∴ ∴

 

Slalom ◊ 368 pages ◊ 14,90€ en broché ◊ Sortie Juin 2019

 

Et parce qu’il n’y a pas que mon avis qui compte, retrouvez la chronique d’Un éternel Ado. (Cliques donc 🙂 )

 

Publicités

Je n’ai pas trahi {Frédéric Couderc}

 

 Mercredi c’est permis ! et aujourd’hui c’est Fiadone et Ambrucciata !

 

Je n'ai pas trahi0

« Je n’ai pas trahi » est un roman jeunesse plutôt destiné aux ados. Il traite d’un pan de l’histoire, à l’époque de la seconde guerre. Mais cette fois, nous serons sur un territoire différent puisque l’intrigue se passe sur l’ile de beauté, c’est donc une autre approche avec un ennemi Italien et la résistance des Corses dans le maquis.

Luna jeune lycéenne de 16 ans, travaille sur le Concours National de la Résistance : au fil de ses recherches, elle découvre un cliché de femme qui ressemble étrangement à une photo de famille, celle de sa grand mère pendant la guerre. Elle va découvrir des secrets bien gardés sur sa famille. Elle se liera d’amitié avec Mattéo, un jeune garçon de sa classe. Alors qu’ils préparent leur exposé, ils vont être témoins d’une fusillade-à-la-Corse qui va les entrainer malgré eux, dans de dangereuses aventures, au milieu du maquis et des montagnes.

En parallèle, un troisième personnage important, Salomon, jeune résistant de l’époque. Nous le suivrons dès 1943, par des chapitres interposés et très bien mêlés à l’histoire de Luna et Mattéo. Doucement, nous remonterons le fil de l’histoire jusqu’à croiser les destins de ces 3 personnages principaux.  

Frédéric Couderc a une connaissance de la Corse véritable, pour y avoir vécu pendant de longues années. On sent bien que ces écrits sont très documentés et constituent une véritable source d’infos pour les lecteurs. Cependant, le style est très abordable, le thème de la seconde guerre mondiale est déjà porteur d’horreur, il ne s’agirait pas de décourager ces nouveau lecteurs. De plus, les trois personnages sont fortement identifiés : Luna, réservée mais curieuse et combative, Mattéo, en pleine recherche d’identité et complexé par son passé et Salomon un jeune écorché vif, puis vieux monsieur rude et mystérieux. Ils vont tous les trois évoluer au milieu de l’histoire, en ressortir grandis et découvrir leur véritable identité.

J’ai beaucoup aimé ce roman jeunesse : il met en lumière une part de vérité sur l’occupation et les Justes de Corse. Outre le côté ‘enquête et course poursuite’ subie par Luna et Mattéo que j’ai trouvé un brin impensable pour des jeunes de leur âge, l’histoire est vraiment bien construite et les passages historiques sont d’un réalisme troublant, malheureusement…. J’ai aussi pointé les premiers émois d’ados, si chargés d’interrogations existentielles !

La buissonnière et moi avons eu le privilège de rencontrer Frédéric Couderc dans les locaux de Babelio : un auteur charmant, très bavard, avec qui on aurait bien prolongé la soirée pour en savoir – encore plus. Il est vraiment captivant et nous à livré sans secret, la fabrication de son dernier roman au titre si approprié « Je n’ai pas trahi »

 

 Merci aux Editions PKJ et à Babelio pour cette lecture enrichissante et ce superbe moment passé avec l’auteur.

 

⇓ ⇓ ⇓ ⇓ ⇓ ⇓ ⇓ ⇓

 

Lien du compte rendu de la rencontre auteur chez Babelio.

 

 

 

Editions PKJ ◊ 320 pages ◊ 17,90€

C’est un secret {Sarah Khoury}

Mercredi c’est trop permis !

IMG_20190627_102315_730

 

Hello les jeunes lecteurs,

 

Cela fait bien longtemps que le « Mercredi c’est permis » ne s’était pas pointé… ce n’est pas faute de lectures.. c’est la faute au courage ! J’ai encore 3 chouettes bouquins jeunesse à vous présenter.

Aujourd’hui.. « C’est un secret ».. mais je veux bien vous en parler, tellement ce livre est beau (je sais, blague limite, mais j’ai pas pu m’empêcher..). C’est un grand livre illustré pour les 5/6 ans avec un très beau récit qui parle – entre autre de lien intergénérationnel.

C’est l’histoire d’une petite fille qui voit son grand père sortir de la maison toutes les nuits et revenir au petit matin. Elle se pose bien des questions sur ces escapades et décide un jour, d’aller l’espionner. Mais son grand-père qui a certainement deviné son petit manège, décide une nuit, de l’emmener avec elle afin de lui dévoiler son secret..

Je ne vous en dis pas plus, ce livre étant déjà très court, à vous de vous plonger dans ces pages pour découvrir ce que cachent les ballades du grand-père. Grâce à lui, la petite fille regardera la nature d’un autre œil, elle laissera l’imaginaire l’emporter en découvrant les milles facettes de ce qui l’entoure. Grâce au lien qu’elle entretient avec son grand père, elle apprendra aussi à créer du bonheur avec des petits riens. J’ai adoré découvrir ce petit secret !

Les dessins sont doux et plein de tendresse, comme la relation entre les deux personnages. Ils sont si touchants.

Merci les Editions Passepartout et Babelio pour cette très jolie lecture que j’ai beaucoup aimé et que je vous invite à partager avec vos jeunes enfants.

 

Certains secrets sont si précieux qu’il serait dommage de ne pas les révéler..

 

∴ ∴ ∴ ∴ ∴ ∴

 

Lien de l’article sur le site des Éditions Passepartout

IMG_20190627_102403_710

 

Fou l’amour {Yves Pinguilly}

♥ Le mercredi, c’est aussi permis… d’Aimer, avec un Grand A… ♥

Fou l'amour0

 

Hello les jeunes !

C’est l’été et le joyeux Greg, 17 ans,  va passer 2 mois chez ses grands parents avant de s’envoler vers les Etats-Unis pour un séjour linguistique. Il est passionné par sa lecture en cours « Elle et la route 66 » et ne peut cesser d’y laisser perdre ses pensées.

C’est en allant rendre visite à son arrière grand-mère à la maison de retraite, qu’il fera la rencontre de Rosine, une jolie infirmière de 35 ans. Non sans porter de gants, cette femme mariée à un expatrié trop souvent absent, lui demandera un jour de lui tailler sa haie.. Ha ah. !

Et voilà une histoire qu’on imagine sans lendemain, qui débutera sur le sable chaud de Bretagne. Entre eux deux, c’est l’amour fou, surtout pour Greg. Elle est plus évasive, reste discrète sur ses sentiments. Très vite et sans hésitations, leur idylle se déroulera dans l’eau salée, au milieu des repas en amoureux, de bon vin et de gros câlins.

J’avais pris ce roman car le sujet m’interpellait beaucoup et soyons honnête, me touchait de très près. C’est un roman « jeunesse », fin adolescence, à une époque charnière où l’on se pose des questions sur l’amour et la première fois – peut-être pas finalement.

Il m’a semblé que le sujet de la différence d’âge en amour, surtout l’homme plus jeune et encore un poil mineur, pouvait être un sujet sensible à explorer. Bien que pour ma part, il n’y ai pas à dramatiser la chose, j’attendais un peu plus de réflexions et de remise en questions.. Mais cela n’a pas l’air de perturber les deux tourtereaux plus que cela, Greg n’en fera d’ailleurs jamais allusion, pas d’hésitations. Une seule fois Rosine a paru être touchée par cette idylle car elle avoua un matin qu’« elle avait peur de leur relation ». Elle est bien plus bouleversée par l’histoire d’amour entre deux habitants de la maison de retraite. Aucune réflexion non plus sur l’adultère et pas d’émotions particulière au moment de la séparation. Au suivant. Est-ce moi finalement qui « pense » trop et prête trop d’attentions au jugement des autres ?

J’ai lu ce roman d’une traite et sans grande émotion : c’est une agréable lecture en soi, avec une histoire d’amourettes estivales mais qui au final, s’éloigne du sujet du résumé – selon moi. Même pour un roman jeunesse, l’auteur plane vraiment au dessus des sujets importants tels que l’adultère, la première fois et la différence d’âge. J’aurai jugé bon d’y insérer quelques prises de consciences, de les traiter un peu plus en profondeur afin que les jeunes dans ce cas puissent y puiser des avis qui les aident à dédramatiser ou à se positionner sur leur propre histoire. Mais dans ce cas, le roman est préconisé à partir de 9/10 ans.. je trouve cela bien trop juste tout de même..

Après, la vie n’est peut être pas si compliquée, vivons, tout simplement..

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

 

Résumé : On n est pas sérieux, quand on a dix-sept ans. Greg est amoureux et vit un premier et grand amour. Mais celle qu’il aime est beaucoup plus âgée que lui mais qu’importe. L’âge compte si peu ici que ce bel amour va côtoyer un autre amour, celui de deux personnes âgées qui se rencontrent alors qu’ils sont pensionnaires de la même maison de retraite…
Ce roman heureux répète à l’envie qu il n’y a pas d’âge pour vivre un grand amour. Les personnages de trois générations différentes sont une sorte de mémoire du monde. Chacun à sa manière tente de réinventer l’amour car tous devinent que personne ne peut se contenter de sa propre vie, se contenter du monde tel qu’il est…

Oskar Editeur ◊ 214 pages ◊ Nov 2011 ◊ 6.99€ broché