Je t’ai rêvé {Francesca Zappia}

Mercredi c’est trop permis !

 

Je tai révé

 

Alex vient de se faire renvoyer de son lycée pour avoir tagué des choses peu sympas sur le sol du gymnase.. Arrivée dans son nouvel établissement,  la première chose à faire sera de passer inaperçue : pas facile quand on est schizophrène et que notre réputation à l’air d’avoir suivie jusqu’ici. Il va falloir la jouer fine.

C’est très rapidement que nous allons nous plonger dans l’univers d’Alex :  un monde de craintes, de folies, de doutes. Elle n’a de cesse de se demander si cela est bien réel, si ceci est inventé ? Nous même sommes incapables de cerner le vrai du faux et on s’imagine aisément la vie qu’elle subi quotidiennement.

Heureusement, elle peut compter sur sa famille et son meilleur ami pour la soutenir tant bien que mal. Au lycée, elle fera la rencontre de Miles, jeune homme particulier lui aussi : que cache son air agressif et hautain ? Pourtant, elle semble déjà le connaitre, des brides de souvenirs refont surface sans arrêts. Un rêve revient sans cesse, une personne aux yeux bleus qui la regarde et une histoire de « homard à sauver » dans l’aquarium d’un magasin lorsqu’elle était jeune.. c’est tout ce qui lui reste en tête. Est-ce son imagination qui lui joue encore des tours ? Miles est il réel ?

De plus, une intrigue au goût de harcèlement scolaire se mettra en place au sein du lycée, un drame s’est passé quelques années auparavant et l’attitude de certaines personnes est plus que suspicieuse.. Miles, Alex et la petite bande vont devoir démêler l’affaire.

Une flopée de sympathiques personnages sont présents autour d’eux, tous avec leurs particularités et leur intérêt – ou pas.

Cependant, j’ai trouvé dommage que la schizophrénie soit mise en second plan à la faveur de cette petite enquête au milieu de tout ce petit monde. C’est vrai que j’aurai peut être aimé que le sujet soir traité un peu plus en profondeur. Il me semble qu’il s’agit là d’un sujet fort et important, qu’Alex le vit mal et ne sait pas à qui en parler – voire même est gênée d’en parler, de ce fait un roman destiné aux ados pourrait peut être permettre de les « aider » dans cette démarche. Ou même, de pouvoir comprendre un peu plus un de nos proches dans ce cas sensible.. Ce n’est qu’à la fin, le twist déroutant qui met en évidence une des facettes de ces hallucinations : des vérités qui sautent à la figure, qui peuvent faire perdre pied.. malgré quelques doutes à la lecture, les révélations m’ont vraiment peiné car on peut complètement comprendre ce que vivent les « schizophrènes ».

A part cette petite exigence capricieuse, j’ai bien aimé ce roman, il se lit bien et reste une chouette fiction jeunesse – à l’Américaine, toute en légèreté.

 

Traduit par Fabienne Vidallet
Lecture numérique

 

∴  ∴  ∴  ∴  ∴  ∴  ∴

 

R-Jeunes adultes ∞ Nov 2015 ∞ 450 pages ∞ 18,50€ broché

 

Et parce qu’il n’y a pas que mon avis qui compte, il y en a par ici aussi 🙂

Au jardin suspendu

Léa Touch Book

Lecture jeunesse

 

A la recherche de Jack {Mel Darbon}

Mercredi c’est trop permis !

Le jour de la lecture jeunesse et des muffins… car nous partons à Londres aujourd’hui.

 

A la recherche de Jack0

 

Rose est une jeune fille de 16 ans : elle aime le violet.. et les papillons.. Et Jack son amoureux. Tout pourrait être parfait mais ces deux là sont atypiques et leur relation n’est pas vue d’un bon œil par tout le monde, notamment le père de Rose. En effet, Jack est légèrement handicapé et à un problème de comportement assez colérique, bien malgré lui..

Le cerveau de Jack a été abimé quand il est né.

Lors d’une énième crise de rage au collège, blessant l’un de ses professeurs, Jack est envoyé en centre spécialisé, loin de Rose. C’est insupportable pour elle. Elle décide d’aller le rejoindre, contre l’avis de ses parents.

Il arrive que des jeunes en rébellion partent en ballades buissonnières mais lorsqu’on est atteinte du syndrome de Down, c’est une autre histoire.. Car c’est le cas de Rose. Elle est trisomique. Cependant, elle est relativement autonome et insiste sur le fait de rester in-dé-pen-dante, de vivre sa vie comme elle l’entend !

« Avant tout, Rose, tu es un être humain.. on aime pareil… on pense pareil.. et on est aussi importants les uns que les autres » Les mots dans ma tête sont les mêmes que les tiens. Quelquefois, ils sortent juste un peu de travers »

Rose va devoir parcourir un chemin assez long, parsemé d’embûches, prendre le bus, le train, dormir à l’hôtel, affronter le regard des gens. Bien qu’elle soit mature, elle n’en reste pas moins naïve et vulnérable. Mais elle y croit et sait qu’elle peut le faire : elle est Rose. Elle fera la rencontre de belles personnes, elle croisera aussi  des gens pas toujours bienveillants. De là vont découler des réflexions sur les dangers qui peuvent tomber sur nos ados livrés à eux mêmes. Les dangers du sexe, de l’alcool, le vol, vivre sous les ponts.. l’enrayage est rapide et pas besoin d’être trisomique pour attirer les foudres des mauvaises personnes.

Jack, bien que présent dans les pensées de Rose, est un personnage très secondaire. On apprend à le connaitre par Rose, et par les cartes postales qu’il lui a envoyées lorsqu’il était au centre. Le roman est parsemé de ces quelques mots, Jack s’exprime lui aussi dans son langage. La plume de l’auteure change alors, plus incisive, saccadée, directe et souvent en colère. Le langage sms a parfois été compliqué à la lecture et c’est le seul bémol que je pointe ici.

Rose est une fille adorable, très attachante, très sensible mais forte à la fois. Elle a su touché mon cœur de maman lectrice : malgré sa particularité, elle s’exprime très bien. Elle a son langage bien à elle et même en cas de crise, elle arrive à mettre les bons mots sur ses émotions. Sa grand-mère lui a appris à mettre « sa casquette à penser » pour réussir à réfléchir posément lorsqu’un problème survient et que tout se mélange dans sa tête. Chaque mot est un image et les émotions sont alors appelées telles qu’elles : mon solitaire, le furieux, le triste, mon courageux..

Ses phrases m’ont touché plus d’une fois, elles sont naïves mais si belles :

« Ses cheveux lui tombent sur le visage. Ils sont de la couleur du soleil quand il tombe au bout du ciel.. »

J’ai adoré l’Amour qui unissait ces deux là : sincère, innocent, enfantin mais extrêmement profond. Ils s’aiment et veulent le prouver à leurs familles respectives coute que coute. Leur amour est beau, tout simplement.

« Quand j’ai rencontré Jack la première fois, il a chassé mon solitaire dedans. Le soleil est entré dans ma tête, des ailes ont poussée sur mon cœur et m’ont emmenée jusqu’à la lune. J’étais la vraie Rose. J’étais plus Rose, Papa, qu’avant de rencontrer Jack. Sans lui, mon soleil est couvert de nuages et à l’intérieur de moi il n’y a que de la pluie. Jack me fait grande comme le ciel et courageuse comme le lion.. et je fais s’envoler le furieux de Jack. {…} Sans lui je ne suis pas Rose, je suis disparue »

 

Un gros coup de cœur jeunesse que je recommande vivement aux ados et même aux plus grands ainsi qu’aux lecteurs aimant les romans traitant de sujets sensibles.

 

Merci à Sylvie chez Hélium pour l’envoi de cette superbe lecture !

 

Traduit de l’anglais par Lili Sztajn

∴ ∴ ∴ ∴ ∴ ∴

 

Lien HELIUM ◊ 260 pages ◊ 16€ broché ◊ Sortie le 11/09/2019

Amour ◊ Aventure ◊ Handicap

 

⇓  ⇓  ⇓  ⇓  ⇓  ⇓

 

Et parce qu’il n’y a pas que mon avis qui compte, allez jeter un oeil par ici !

Le repaire des livres

 

 

 

 

Agence 42 Tome 1 Terrans {François Rochet}

Mercredi c’est trop permis !

 

Oui il est tard mais on est toujours mercredi, alors c’est parti..

 

Agence 42 T01

 

« Agence 42 tome 1 Terrans  » , n’est pas un roman jeunesse, visez plutôt les grands ados, avides de machination et de guerres terroristes,  de politique. Je suis complètement sortie de ma zone de confort, moi qui déteste ces thèmes. J’avoue avoir hésité à poursuivre tellement le sujet me rebute et je n’aimais pas ma lecture (jetez moi des pierres..). Et puis très honnêtement, l’auteur – que je ne connais pas du tout, donc pas de copinage !! – a la plume addictive. J’y ai laissé quelques nuits, l’envie d’en savoir toujours plus était bien là.

» » Dès le début, l’histoire est lancée. Washington 2020.. dans pas si longtemps que ça en fait.. Une attaque vise la Maison Blanche et très vite, les terroristes islamistes sont accusés. L’agence 42, dont Franck est à la tête, sous la direction de la mystérieuse Julia-big-boss, est engagée pour traquer les commanditaires. Pourtant, nombres d’indices prouvent à Franck que Daesh n’est peut être pas derrière tout cela et il décide de partir à la recherche de nouveau arguments pour démasquer les réels criminels. Enquête secrète dans le désert Irakien, recherches poussées à l’aide de machines scientifiques dans des sociétés cachées, attaques ennemies.. Assez compliqué de vous raconter l‘histoire de ce roman.. sans spoiler. Mais ça c’est le premier effet kisscool de la première partie. Et puis arrivent les Terrans, dans le twist surprise qui démarre la deuxième tranche de l’histoire..  Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel rapport avec les attentats ? Et nous ? si rapport{s} il y a…

Nous assistons à un véritable retournement de situation qui nous ouvre les portes d’une terrible machination.. quoi que.. Parce que quand même, on ne peut s’empêcher de se poser la question.. et pourquoi pas ? Cette deuxième partie de roman nous offre une dérangeante vérité, un monde futur pas si loin, qui nous électrise. Fil fragile entre la morale, nos engagements, nos convictions, nos croyances ? Je ne peux pas vous en parler plus sans risquer de dévoiler le manège de l’auteur…

Un vocabulaire pointu et ciblé, digne d’une grande enquête politico-scientifique futuriste, une intrigue savamment bien construite et un fil rouge qui se tient entre les deux parties, mais attention c’est dense. Des chapitres datés pour des alternances de flash back, il va falloir être attentif si vous ne voulez pas vous retrouver largué.

Conspiration, guerre, pouvoir, science fiction, Irak, enquête.. et jeux vidéos : tous les éléments sont réunis pour ravir les amateurs du genre. Un premier tome à ne surtout pas rater.

Merci Hachette et François Rochet pour cette immersion réussie chez les Terrans. Je ne regarderai plus le ciel du même œil désormais..

 

Service presse confié par Hachette.

 

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

 

Lien vers Hachette ◊ 360 pages ◊ 27/02/2019 ◊ 15,90€ broché ◊ 11,99€ num.

 

Et puis qu’il n’y a pas que mon avis qui compte, allez lire les chroniques des autres lecteurs !

L’antre de Luciole

Ana Lire

 

Agence 42 0

12 presque 13 {Lisa Greenwald}

Mercredi c’est trop permis !

 

Bonjour ! Mon petit rendez vous annuel avec mes deux jeunes ados-rables ! L’an passé j‘ai eu le plaisir de découvrir « 11 presque 12″ de Lisa Greenwald (lien de mon avis ici). Cette année, je retrouve Arianna et Kaylan pour la suite de leurs aventures dans 12 presque 13 : les 12 choses carrément dingues à faire pour être encore plus géniales avant d’avoir 13 ans.

 

IMG_20190821_121703_883

L’an passé, c’était Kay qui nous racontait l’histoire avec ses mots et son point de vue : cette fois, c’est Ari qui nous confiera ses émotions. Ce roman est plus centré sur elle car un grand événement se prépare.  Ari est juive et c’est l’année de sa bat-mitsva, l’anniversaire qui célèbre la majorité religieuse à 13 ans dans la religion juive. J’ai beaucoup aimé la place donnée à la connaissance de cette religion ainsi qu’à la préparation de cette fête.

Mais la bat-mitsva n’est pas le seul sujet traité dans 12 presque 13 :  le thème de l’amitié est présent en profondeur, avec tout son lot de tracas, d’inquiétudes et de questionnements, de jalousie, de déceptions.. quand on a 12 ans, les amies c’est pour toujours. On croit qu’on s’aimera à la vie à la mort et que rien ne pourra nous séparer. Mais à cet âge charnière où l’évolution physique et psychologique est souvent redoutable, la vie va leur montrer qu’il n’est pas toujours facile de grandir sur le même chemin et de partager.

Même si le fil rouge de la liste reste le même d’un tome à l’autre, les défis sont différents et en adéquation avec leur évolution, leur âge, leur mentalité ou leur quête de soi. Mais lorsque l’une part en camp de vacances avec des ados de sa synagogue, l’autre reste tranquillement dans le quartier à papoter avec les amies du collège, forcément l’écart commence à se creuser et les amitiés se dispersent. On s’approche de personne qui nous ressemblent, avec qui l’on partage nos idéaux ou notre religion.. Bien que la jalousie s’installe indéniablement en voyant des photos diffusées sur les réseaux sociaux,  cette nouvelle liste les poussera également à savoir qui elles sont vraiment.

L’identité et les racines familiales sont un point fort du roman aussi : à une époque où presque tous nos jeunes tendent à se ressembler, ce roman insiste sur l’importance reconnaitre ses valeurs, ses origines, d’affirmer sa personnalité et s’accepter tel que l’on est.. Les querelles et les réflexions qu’Ari a traversés durant la préparation de sa bat-mitsva, sont une belle réussite d’affirmation de soi et de confirmation de Foi.

La religion est une boussole qui nous indique la marche à suivre lorsque rien n’a de sens.

La plume de l’auteure est très vivante et une nouvelle fois empreinte de réalisme afin de transmettre à nos ados, des clés pour passer cette étape avec humour, patience, relativité. Le tout avec des mots actuels et des émotions qui parleront à beaucoup.

En bref, j’ai adoré ce deuxième tome, plus que le premier. Il est plus profond, et les jeunes peuvent complètement s’identifier. J’ai beaucoup aimé suivre l’évolution de Kay et Ari par rapport au premier tome. Et cette immersion dans la religion juive est un vrai bonheur !

Vivement le prochain ..

 

Merci à Laure P. et Slalom pour cette super lecture jeunesse !

 

∴ ∴ ∴ ∴ ∴ ∴

 

Slalom ◊ 368 pages ◊ 14,90€ en broché ◊ Sortie Juin 2019

 

Et parce qu’il n’y a pas que mon avis qui compte, retrouvez la chronique d’Un éternel Ado. (Cliques donc 🙂 )