Reviens quand tu veux {Mélanie Taquet}

Reviens quand tu veux 1

Pour la petite (grande) histoire, ce roman m’a été remis lors de la soirée de lancement proposé par les Editions Eyrolles, le 6 mars, à Paris. Nous étions une petite trentaine, autour de Claire et Aurélia, les deux attachées de presse Eyrolles et… Mélanie Taquet. Je suivais l’auteure depuis son premier tome « Reste aussi longtemps que tu voudras », lu l’an passé, j’avais beaucoup aimé (ma chronique est ICI) Elle  a tout le temps la pêche sur les photos des réseaux sociaux et j’imaginais bien qu’une rencontre avec elle serait super sympa. Mon sixième sens ne m’a pas trompé, Mélanie est juste une merveilleuse personne, gentille, abordable, drôle et  qui nous ébloui avec son sourire permanent (c’en est même rageant, elle sourit ToutLetemps – genre la fille est un bisounours et il n’y a que des paillettes autour d’elle). Bref, la soirée a été une première pour moi et j’avoue avoir vraiment aimé me retrouver dans ce milieu très littéraire.

Je remercie encore chaleureusement Eyrolles pour cette belle soirée, pour les trop chouettes cadeaux qui nous ont été remis, en plus des 2 romans dédicacés et Mélanie Taquet pour sa positive attitude, sa patience et sa générosité.

Reviens quand tu veux 2

Tout ça pour dire….

Je retrouve avec grand plaisir les personnages du premier tome  et  je dois dire que j’attendais Nina au tournant. Effectivement, je ne l’avais guerre aimé dans ce premier opus. Ne me demandez pas pourquoi, c’est certainement perso, mais j’ai vraiment détesté son attitude, bien que je comprenne certains points, sa fuite à pour moi été de trop.

Ce second tome se déroule 3 ans après. A un nouveau tournant de sa vie, Nina décide de revenir à Florence pour retrouver ses amis et surtout, essayer de se faire pardonner son attitude (de mauvaise fille 😉 ). Le temps à passé, les personnages ont évolué, continué leur vie, l’ont repris, certains se sont séparés, d’autres se marient, d’autres encore sont seuls.. 

Avec une plume fluide, fraiche et réellement imagée, l’auteure nous emporte en voyage. Tout d’abord, retour à Florence, charmante ville Italienne, où nous déambulerons à nouveau dans ses rues et ses commerces mais aussi dans le sud de l’Italie, pour le mariage de Marco. J’ai encore pris plaisir à découvrir cette ville et je n’ai maintenant qu’une envie, c’est de prendre un billet pour sentir ces odeurs de café et entendre chanter cet accent si sexy !

Mais le voyage ne s’arrête pas là, l’auteure nous invite aussi et surtout, à l’intérieur de nous même et sous couvert de cette lecture qui peut paraitre feelgood, elle nous pousse dans nos retranchements et nous interroge sur les questions de nos choix de vie. Nos sentiments les plus profonds sont chamboulés, nos principes mis à mal, refoulés jusqu’aux limites ; questionnement, choix, pardon, introspection.. Devons nous toujours être face au mur pour enfin ouvrir les yeux et avoir le courage prendre les bonnes décisions pour notre bonheur ?

Et Nina dans tout ça ?  Difficile de ne pas spoiler : elle a mûri, réfléchi et reprends les rennes de sa vie. Elle entretien enfin une relation avec son fils, compliquée et délicate mais elle fait ce qu’elle peut pour instaurer un lien sain et rempli de sentiments. Bien qu’elle continue de se chercher, elle est sur une voix encore douloureuse mais qui s’avère prometteuse.

Ses anciens amis, eux, ont aussi fait leur bout de chemin : quand  certain ont pardonné, d’autre se sont murés dans une vie qui les protège – peut être un temps. Mais le retour de Nina n’est pas sans conséquences pour tout le monde.

Hannah est toujours en avant dans ce second tome ; ses doutes face à ses difficultés d’être mère sont toujours présents et elle semble s’être murée derrière de solides remparts. Julien fait son apparition en première ligne et on découvre un personnage tellement.. tellement.. Antipathique, méchant, injuste, ou  détruit peut être ?! Il y aurait tant à discuter sur son personnage, en tant que femme, difficile de se mettre dans sa peau pour faire comprendre ce qu’il a endurer, quelle est sa vision.   Mais celui qui m’a le plus touché cette fois, c’est Marco. Je suis sûre que l‘on a tous été confrontés à ce qui lui arrive, être au pied du mur, sentir que notre vie nous échappe mais qu’il nous manque ce gramme de courage pour être libre d’aimer et d’être heureux… L’être humain est complexe, la fuite est si accessible, mais à quel prix ?

L’auteure a encore une fois mis le doigt sur des sentiments très complexes mais réellement humains et fréquents, avouons-le. Cette complexité des relations, ces attitudes, ces mœurs à respecter,  ces choix de vie que nous nous permettons au nom de l’amitié.. Derrière tout ça, il y a aussi des être humains avec leurs faiblesses et leurs cicatrices..

J’ai trouvé ce second tome encore plus sincère et plus vrai : les personnages pourraient être vous ou moi, leurs réactions sont plus qu’humaines et certainement très dures, et peuvent dévaster un entourage, une vie, des espoirs. Cela confirme qu’on ne peut pas juger une situation tant qu’on y est pas confronté. L’auteur a superbement joué avec les sentiments, les émotions mais c’est pour notre bien.

Vous pouvez lire ce tome indépendamment du premier mais je vous conseille tout de même de lire d’abord « Reste aussi longtemps que tu voudras », qui vous apportera des informations nécessaires à la bonne compréhension des personnages et suivre au mieux leur évolution dans le tome 2. Et puis rien que pour passer un agréable moment à Florence une seconde fois !

Pour ma part, j’ai A-do-ré ce roman ! .. je m’en veux – un peu – d’avoir autant dénigrer Nina, mais l’auteur l’a réellement transformée, c’est un personnage très entier et vrai.. Elle a encore du chemin, comme nous tous, mais oui, elle est sur la bonne voie. La fin est sublime, telle que je l’attendais : ni rose, ni noire. On y laisse des plumes mais n’est-ce pas cela « être en vie » ?

Je suis définitivement fan de Mélanie Taquet, c’est une auteure à suivre assurément !

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

Résumé : C’est avec appréhension que Nina retourne en Italie à l’occasion du mariage de son meilleur ami Marco. Trois ans plus tôt, une fuite éperdue l’avait conduite à Florence où elle s’était égarée pour mieux se retrouver. Ce séjour cathartique avait réconcilié Nina avec son rôle de mère, au prix de ruptures qui lui avaient laissé un goût amer. En revenant sur ses pas, Nina espère obtenir le pardon des êtres qu’elle a blessés et poursuivre sa quête identitaire. Au contact de la jeune femme, les souvenirs se ravivent, les anciennes passions se réveillent, les non-dits se révèlent. Alors que les certitudes des uns et des autres chancellent, les chemins qu’on pensait tout tracés prennent un cours imprévu.

 

Sortie le 07/03/2019 ◊ Eyrolles ◊ 304 pages ◊ 16€

Lien vers la fiche produit chez Eyrolles, c’est ICI

IMG_20190307_124753_909

 

 

 

Publicités