L’histoire d’Anna Tome 1 La déclaration {Gemma Malley}

Mercredi c’est trop permis !

La declaration L'histoire d'Anna

 Bonjour les jeunes lecteurs !

Nous voilà plongés dans une dystopie au sujet assez glaçant. Dans cette trilogie, il est un monde où la mort n’est plus.. ou presque.

Désormais, la population a la possibilité de connaitre la jeunesse éternelle. En contrepartie, ils renoncent  à avoir des enfants et ce afin d’éviter la surpopulation. Ces personnes signent une Déclaration, ils deviennent des Légaux et  s’affranchissent de la Longévité, une pilule qui éradique les maladies, et les rend donc éternels.

Mais si par inadvertance ou pas, ces personnes décident quand même d’avoir un enfant, de braver l’interdit, le nouveau né sera placé dans une institution et les parents seront tués. Ces enfants, sont excédentaires, en trop sur cette terre et sont élevés à l’institution de Grange Hall pour racheter les péchés de leurs parents. Ces institutions sont de véritables enfers pour les jeunes ; ici, ils seront ‘dressés’ et éduqués pour en faire de parfaits Employables pour les Légaux. Des esclaves-domestiques en somme, corvéables à souhait. Ils apprennent entre autre la couture, la cuisine, le ménage bien sûr. Ces enfants, on les appelle Les Surplus.

Mme Pincent est la directrice de Grange Hall, un personnage abdominale, terrible, stricte, dure.. elle n’hésite pas à abuser de son statut envers les Surplus à coups de brimades excessives, humiliations, privations de nourriture, coups… Mrs Pincent est une Intendante sévère et exigeante. Les Surplus subissent une totale emprise et exécutent tout ce qu’on leur demande, pensant que tout est pour leur bien…

SurplusAnna, l’héroïne et narratrice de ce premier tome, est une jeune fille complètement soumise, craintive et extrêmement naïve. C’est plus que normal avec cette vie en foyer. SurplusAnna hait ses parents pour avoir été égoïstes et avoir quand même souhaité un enfant malgré la Déclaration qu’ils avaient signé. Les années de lobotoïsme à Grange Hall ont bien fait leur travail, SurplusAnna est arrivée très jeune et n’a aucun autre souvenir – seulement ceux qu’on veut bien lui prêter. Un jour, l’arrivée de Peter, un jeune ado un peu rebelle arrêté à l’extérieur,  vient perturber le quotidien de SurplusAnna. Il a des paroles très différentes de celles qu’elle entend d’habitude, à l’air de vouloir se rapprocher d’elle, mais surtout, veut lui faire comprendre que Grange Hall n’est qu’une supercherie et que ses parents sont vivants et l’attendent  « dehors ». Mais qui est-il, d’où vient-il, pourquoi la connait-il et pourquoi ses parents voudraient la revoir ?

Il se heurte bien entendu à la fermeture d’esprit et à la méfiance de SurplusAnna qui ne croit rien de l’extérieur, totalement sous l’emprise des dires de Mrs Pincent. Peter va devoir travailler dur et finement pour faire comprendre à SurplusAnna, qu’ils sont en danger et doivent s’échapper d’ici.

La première partie du roman est essentiellement basée sur la vie des jeunes à Grange Hall, leurs privations et tout le lavage de cerveau qu’ils subissent. SurplusAnna s’épanche sur son journal intime et il est parfois très dur de réaliser ce qu’ils vivent tellement c’est cruel et injuste. La seconde partie, avec l’arrivée de Peter, met un peu plus d’action et nous assistons à une véritable stratégie du jeune homme pour arriver à ses fins.

Pourtant, après avoir fini ma lecture, je suis mitigée. Bien que le sujet soit intéressant, l’ambiance parfois glaçante et que l’idée de départ soit vraiment bien amenée, le style m’a bien trop rebutée. On sent une héroïne très jeune. Beaucoup de répétitions, « Mrs Pincent » revient très très souvent. Beaucoup de mots commencent avec une majuscule. Les expressions – celles qui sont répétées avec insistance aux Surplus, reviennent également très souvent.. Il est clair que c’est en total accord avec la lobotomisation que subissent les surplus, mais à la lecture, c’est pesant.

C’est en lisant le tome 2, où j’y ai trouvé une plume très différente, plus mature, moins répétitive, que j’ai réalisé que oui, c’était bien l’effet voulu et  que le plongeon dans la tête d’Anna et dans sa vie, était réussi. Cette vie est aussi abominable que la plume.

C’est tout de même avec ces points négatifs – qui n’en sont pas vraiment, que je vous conseille de lire ce premier tome, et de plonger dans cette belle trilogie young adult prometteuse. J’ai lu le tome 2 récemment grâce aux Editions Hélium et je reviens vous en parler très vite (ou enfin, tout est relatif.. ! )

 

La declaration

Traduit de l’américain par Nathalie Peronny
Lecture numérique

Sous terre, personne ne vous entend crier {Gilbert Gallerne}

Sous terre personne ne vous entend crier 01

 

Hello la compagnie !

Qu’on se le dise, je ne suis pas adepte des polars. Non pas que je n’aime pas mais je ne suis pas fan d’enquêtes où les gentils policiers vont attraper les grands méchants. C’est le cliché que j’en ai, je sais c’est moche. Et puis quand j’ai vu ce roman (il y a plus d’un an maintenant..), c’est la couverture qui a insisté : des crânes en relief gaufrés sur une couverture noire ;  et ce titre… de quoi me faire frissonner rien que de m’imaginer enterrée encore vivante – et que personne ne m’entende. Je l’ai acheté et posé sur la pile la plus éloignée..

Et puis chéri le lisait la nuit au boulot et d’après lui, ça dépote dès le début. Les tripes saignantes, un monstre des sous terrain qui mange des rats vivants… ça j’aime : alors j’ai honteusement dérobé le roman à monsieur et on peut dire que j’ai été servie.

Effectivement, le ton est donné, glauque, crade, répugnant dès la première page, histoire de nous glisser qu’il y a quelqu’un de bien dérangé la dedans.

Et puis après, on installe le décor : Lionel Jonzac, commissaire proche de la retraite, pensait passer une journée somme toute banale avec l’arrestation d’un vieux Serbe pourchassé depuis des années, l’apothéose d’une fin de carrière réussie.. Ce n’est pas sans compter sur une bavure où l’un de ses proches collègues et ami est touché par sa faute et se retrouve entre la vie et la mort.

A cela s’ajoute le  cadavre retrouvé d’une jeune femme dans les catacombes où une nouvelle enquête va devoir être ouverte. Seulement, la victime n’est autre que sa nièce Claire. C’est une collègue avec laquelle il est un peu en froid qui se voit confier l’affaire afin d’éviter les conflits d’intérêts. Il va devoir agir seul et contre tous.

Comme je disais, je ne suis pas adepte des polars donc je ne donnerai qu’un avis purement subjectif sur les émotions ressenties. Quant à savoir si les codes du genre sont réunis, il faudra aller voir les pros. Pour le coup, niveau émotions, j’ai frissonné comme il faut. L’ambiance est assez claustro.. Un tueur rôde dans les catacombes, il n’est jamais vraiment dévoilé, juste deviné.. histoire de bien tenir le lecteur sur un  fil moite et répugnant. On sait qu’il est là, chez lui, tapi dans l’ombre, prêt à surgir et à dévorer ses victimes. D’ailleurs quelle mâchoire humaine peut laisser des traces aussi déchirées ? Le tueur est il humain ?

C’est dans cette ambiance malsaine que le roman va se dérouler : entre le besoin de Jonzac de trouver l’assassin de sa nièce, le besoin du tueur d’apaiser son passé, d’anciens dossiers ré-ouverts pour les nécessités de l’enquête.. ou personnels. Le tueur joue avec nous, avec Jonzac. Qui est qui, qui tue qui, qui protège qui ?

Chapitres courts et menant un rythme soutenu qui va crescendo pour un final à point. Un vocabulaire sans surdose de boyaux, juste ce qu’il faut pour sentir le fer dans la bouche. J’avoue m’être fait balader bien gentiment avec une dose d’hémoglobine et de folie bestiaire en intraveineuse.

Je suis vraiment ravie de cette lecture et pense me pencher sur d’autres titres de l’auteur, rencontré brièvement au salon Polar’Osny fin novembre. Un autre titre à me conseillez chez Gilbert Gallerne ?

Fonteclose Le trésor de Charette {Vanessa Pontet}

Mercredi c’est trop permis !!

 

Fonteclose 01

Aujourd’hui, je vous emmène en Vendée…

Et pour une fois, ce n’est pas la couverture qui m’a attiré en premier : non j’ai très vite faibli, j’avoue, sur le « bandeau rouge » signé Lorànt Deutsch.. Ce jeune féru d’histoire a été l’élément qui m’a fait complètement basculé vers l’envie de lire ce roman jeunesse.. (oui il m’en faut peu). Mais bien sûr, la couverture est venue entériner tout ça. N’est – elle pas magnifique ?

Une mention spéciale donc, pour cette belle illustration colorée et au titre gaufré, signés Anne-Lise Nalin ainsi que les superbes autres dessins qui ornent les pages du roman. J’adore retrouver les photos des personnages, ce qui m’aide encore plus à m’identifier ou me représenter les héros !

 

Rentrons dans le vif du sujet. Bien que j’ai eu peur de me retrouver avec le scénario « Fantôme de Canterville » – le film, je dois avouer que j’ai complètement été enchantée par cette lecture. Et exit Canterville !

Le château de Fonteclose, manoir Vendéen, appartient à la famille de Parenssay depuis 3 siècles. Lors d’une guerre d’époque, Erwan de Parenssay avait été choisi pour veiller sur le trésor du général Charrette. De ce fait, lui et les 6 autres membres de sa famille sont obligés de rester dans les murs du manoir, au grand désespoir de sa femme notamment. Ces fantômes – qui se font appelé Les revenants (mais qui ne font pas si peur que ça..) sont bien décidés à ne pas se laisser envahir par les nouveaux « propriétaires ».. Les Perceval, des parisiens en plus, viennent d’acquérir la demeure pour en faire un hôtel restaurant – ce qui n’est pas du goût des deux ados récalcitrants qui ont dû quitter région, amis et école pour venir s’enterrer ici !

Comme à chaque fois, les Parenssay usent de stratagèmes et coups bas pour faire fuir les habitants. Seulement, au fil des années, les stratagèmes évoluent en fonction des technologies.. Mais cette fois, c’est la Wifi qui va les surprendre. En effet, les ondes ont pour effets de rendre visibles les Parenssay, par les Perceval.

C’est donc tout naturellement que les enfants des deux familles respectives – bien plus ouverts d’esprits que les grands (sans jeux de mots : esprits/fantômes..), vont se lier d’amitié et vont réussir à cohabiter, au grand dam des adultes !

Toute l’intrigue tournera autour du trésor du Général Charrette, qu’Erwan de Parenssay tente de cacher coute que coute. Et c’est avec beaucoup de situations cocasses intergénérationnelles et finalement de dialogues entre ces deux « familles », que nous saurons le fin mot de l’histoire.. Où est donc ce trésor et les Parenssay vont-ils réussir à quitter les lieux pour le repos éternel tant mérité ?

En plus de nous conter une belle histoire d’amitié, de partage, de liens d’amour et de loyauté, ce roman jeunesse nous fait voyager dans le temps et nous apprend une part réelle de l’histoire de Vendée.

Le style est vraiment très fluide, le vocabulaire bien qu’il soit documenté, reste très facile à lire. L’humour à la part belle, tout en gardant un fil historique très intéressant. Comme je le disais les fantômes ne sont pas très répugnants, ils pourraient largement prendre le thé avec nous qu’on les prendrait pour nos amis – avec un style vestimentaire particulier tout de même ! Les personnages sont tous très particuliers et c’est un panel de personnalités en tous genres qui est représenté : on affectionnera sans soucis les jumeaux Parenssay, si mignons et attendrissants et j’avoue avoir craqué sur Nicolas de Villebois, le gendre herboriste, un brin désuet et dépassé par tout ce vocabulaire 2.0.

C’est pour moi un joli coup de cœur qui ravira les jeunes lecteurs à partir de 8/9 ans.. On en demanderait bien un tome 2 ?

 

Un grand merci à Slalom et Laure pour leur confiance renouvelée !

Et merci à l’auteur pour la gentille dédicace !

 

∴  ∴  ∴  ∴  ∴  ∴

Slalom {Lien} – Sortie Nov 2019 – 304 pages – 11,90€ broché et 7,99€ num

 

Fonteclose 04

Fonteclose

Prête-moi ton rêve ! {Pauline Puyenchet}

Prête moi ton rêve 0

 

Bonjour à tous,

Partons aujourd’hui en compagnie d’une jeune fille au don particulier. Molly, ado de 17 ans, s’aperçoit qu’elle a la capacité de « plonger au coeur des rêves des autres », mais pas seulement. Elle peut modifier le cours de la vie de ces personnes, car en s’immisçant dans leur tête, elle peut de ce fait, changer leur comportement. Molly réussi à résoudre ainsi, les choses qui leur posent problèmes, leurs complexes, leurs phobies, de vieux secrets de famille trop enfouis les bloquant encore aujourd’hui..

Le fil rouge se tient tout au long du roman et est bien exploité : on entre dans les pensées de Molly et son cheminement pou arriver à ses fins est réfléchi et pensé.

J’ai trouvé que le sujet était vraiment original et plein d’espoir, bien que nous naviguions dans le fantastique : qui n’aimerait pas avoir la possibilité de pouvoir prendre possession des pensées d’un proche afin de faire le bien, changer un mal être, surmonter ses peurs ou les aider à prendre les bons chemins ? Car attention ici on ne parle pas de manipulation.. mais bien d’une aide. En aucun cas Molly n’exploite ses dons à des fins malhonnêtes, la bienveillance est toujours au rendez vous.

Mon seul regret : que ce soit finalement qu’une suite de résolutions de rêves, de problèmes de vies.. Molly les résout un peu à la chaine, sans trop de pauses alors qu’on aimerait (que j’aimerai en fait.. ) plus de fiction entre les deux, plus d’histoire, de vie de tous les jours.

Ce roman mériterait vraiment d’être encore plus étoffé, il offre de belles leçons de vie{s} tant les nombreux thèmes forts peuvent parler aux jeunes ados : complexe d’obésité, secrets de famille, héritage financier et éducation bourgeoise en font de vrais sujets à exploiter.

J’ai encore une fois complètement craqué sur la belle couverture : c’est une réussite, les photos sont toutes en lien avec les rêves de Molly.  Elle est pleine de douceur et de nostalgie. Et autre point qui est un plus pour moi, c’est la police d’écriture qui est très jolie et douce (cherchez pas, ça a de l’importance pour moi.. 🙂 )

Prête moi ton rêve 02

« Prête-moi ton rêve » est un court roman destiné aux ados ou jeunes adultes. Il vous fera flirter sur un fil fantastique teinté d’espoir et de bienveillance.

Je remercie l’auteure pour sa gentillesse, sa générosité et son extrême patience. Je lui souhaite un excellent début de carrière.

 

∴  ∴  ∴  ∴  ∴  ∴

 

Auto-Edition chez Chapô’Com – 83 pages – 12,90€ broché et 0,99€ num.

 

⇓  ⇓  ⇓  ⇓  ⇓

Pour lire un autre avis, cliquez sur ce blog : Books et Boom

 

Prete-moi-ton-reve00