Marlena {Julie Buntin}

Marlena 1

Bonjour !

Lorsque j’ai reçu ce livre, j’ai été complètement enchantée par cette couverture minimaliste en carton brossé et au titre brillant. Je suis allée fouiner sur le net et il s’avère que cette collection de La Belle Colère suit cette lignée :  une couverture simple pour un contenu dense et fort qui donne la part belle aux tranches de vie dont il parle ; l’adolescence parfois difficile.

La ligne éditoriale de « La belle colère » peut se résumer ainsi : des romans pour adultes dont les héros sont des adolescents. Des livres qui s’adressent aux adultes et se tendent, une fois refermés, aux plus jeunes, non pas parce qu’ils seraient adaptés à leur « niveau de lecture », mais simplement parce qu’ils nous ont profondément marqués.

Alors que l’adolescence est censée nous faire grandir et nous ouvrir la voie, elle prouve aussi que cette étape charnière peut avoir un effet dévastateur et très encré dans notre vie adulte. C’est à ça que va devoir se confronter Cat, jeune ado de 15 ans, fraichement débarquée avec mère et frère dans la région de Silver Lake.. Elle y fait la connaissance de la populaire et particulière Marlena, qui deviendra sa meilleure amie mais aussi sa pire ennemie.

Ensemble, elles vont vivre une année d’insouciance, pleine de nouvelles fréquentations, bonnes ou mauvaises. Marlena l’invite dans son monde, dans sa vie décousue et parfois déconnectée de toute réalité. Alcool, première clope, sexe, drogue, fugue, tout ce qu’un ado mal guidé se donne le droit de toucher.. Tout dans l’excès, l’insouciance et no limit.. Toujours sur le fil, pensant à tors qu’ils ont la vie devant eux et qu’ils sont les maitres du monde ! Cat se laisse embarquer, sa Marlena la guide.. Elles sombrent toutes les deux vers de sinueux chemins dévastateurs. Est-ce ainsi qu’on grandit ?  

Alternance entre réalité du présent et flash back sensibles du passé, Julie Buntin nous livre un roman qui démontre que l’adolescence laisse de grandes traces sur notre vie adulte, lorsque des drames surgissent et que les chemins ne nous ont pas ouverts les bonnes voies, que l’inconscience à été notre lumière.. Un roman aussi sur l’amitié et ses dérives, la toxicité des fréquentations, l’avenir qu’elles préparent aveuglément.

Cependant, je n’ai pas été embarquée par ce roman et j’ai mis plus d’un mois à le lire, alternant sans cesse avec d’autres. La faute à personne, c’est uniquement le style qui ne m’a pas touché : très lent, nonchalant, pourtant nécessaire pour ce sujet. Le temps s’est arrêté et j’ai eu l’impression de les regarder sans pouvoir agir. De regarder deux jeunes filles se tuer à petit feu. Dommage pour  moi..

Je remercie bien sur Nadia et les Editions La belle Colère pour cet envoi. C’est une collection que je vais suivre dorénavant car l’adolescence est un sujet sensible auquel je suis attachée.

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

Résumé : L’histoire de deux jeunes femmes et de la tumultueuse année qui coûtera la vie à l’une d’elle et marquera l’autre à jamais.
À trente-cinq ans, la vie de Cat est au point mort. Employée, en couple et sans enfant, elle lutte chaque jour pour ne pas sombrer dans l’alcool, tant son esprit est hanté par les fantômes du passé. Vingt ans plus tôt, Marlena est morte. La belle, la fonçeuse et accro aux cachetons Marlena est morte quelque part dans une forêt du Michigan. Marlena, sa meilleure amie, son seul repère dans une existence fracassée par les trahisons : un déménagement, le divorce de ses parents, l’abandon du père, la résignation de la mère, les adieux à un brillant avenir.
Quand Sal, le petit frère maintenant adulte de Marlena, la contacte pour en apprendre plus sur sa soeur, Cat se force à revivre cette époque trouble, la litanie de ses premières fois première bière, première cigarette, premier baiser, première pilule et cette amitié aussi passionnelle que toxique. Pour quelle raison exactement ? Savoir qui était vraiment Marlena? Comprendre pourquoi est-elle morte ? Chercher des réponses qui n’existent pas ?

La Belle Colère ◊ 250 pages ◊ 26/10/2018 ◊ 19€

Lien vers la fiche produit du site de La Belle Colère

 

Traduction de Patricia Barbe – Girault