Ré, drôle de saison {Yann Werdefroy}

IMG_20190524_171739_525

 

Bonjour bonjour !!

Les beaux jours tardant à venir – enfin chez moi c’est sur… il me fallait une lecture ensoleillée et qui fleure bon les vacances. J’ai eu le bonheur de recevoir ce livre lors de la Masse critique Babelio.

Nous avons dans ce roman graphique, une troupe de personnages atypiques et reflétant complètement les habitants, locaux ou estivaux. Sont nommés les hôteliers, les ostréiculteurs et… les vacanciers ! De parfaits bobos débarquant sur l’ile – qu’ils auraient loué rien que pour eux s’ils avaient pu, se permettant toutes les permissions – parce qu’’ils sont vacanciers ! Nous assisterons à de véritables tranches de vies autour de tous ces protagonistes, au fil de la saison.

L’auteur, Yann Werdefroy ironise gentiment et avec humour : des clichés types mais pourtant vrais. Entre les touristes toujours débordés même en vacances, bousculant la vie tranquille des locaux, et ces derniers qui râlent du mauvais temps, de la foule ou du soleil. Toutes les raisons sont bonnes pour accuser la mauvaise saison.

Les textes sont peu nombreux, laissant la part belle aux très jolies aquarelles qui ornent parfois des doubles pages et nous plongent dans un décor très ensoleillé.

« Ré Drôle de saison » est un ‘grand livre’ de part sa taille (bande dessinée souple), mais il se lit pourtant très vite. On tourne les pages mais on s’arrête volontiers pour déguster les illustrations de Cléophé Lemaitre.

J’ai passé un bon – mais court – moment ; les furtifs passages de vie des personnages sont tout de même assez brefs et il est difficile de suivre une réelle histoire. Je retiens surtout les dessins qui rappelleront de bons souvenirs à ceux qui connaissent déjà l’ile. Si vous aimez l’art, la peinture et les beaux tableaux, je vous conseille cet agréable roman graphique qui fleur bon le sel !

Merci à Babélio et aux Editions La Geste pour l’envoi de cette grande carte postale estivale ! Je découvre par la même occasion cette atypique maison d’éditions qui donne la part belle aux ouvrages régionaux !

 

⇓ ⇓ ⇓ ⇓ ⇓ ⇓ ⇓

Résumé  : L’île de Ré est un subtil mélange de locaux, de visiteurs, de grands fidèles et de nouveaux arrivants qui ont un point commun : ils sont chauvins et parlent de Ré comme de « leur » île.

Dans ce florilège de situations vécues ou entendues, rassurez-vous, les touristes, les locaux et les fidèles de l’île sont traités sur un pied d’égalité… avec humour !

Toute ressemblance avec des personnages existants est donc – presque – fortuite…

Lien du livre sur le site des Editions La Geste

20€ – 96 pages – 2019

IMG_20190524_171519_687

 

Publicités

Quand nos souvenirs viendront danser {Virginie Grimaldi} + Cadeaux inside !

Quand nos souvenirs viendront2

 

Bonjour la compagnie !

Je reviens avec un roman qui fait pas mal de bruit en ce moment, une fois n’est pas coutume, Félicie lit aussi des livres-qui-font-la-une..

C’est le troisième roman de l’auteure que je lis : bien que j’ai été un peu chiffonnée par celui de la croisière, celui-là est plutôt bien passé.

L’impasse des Colibris s’apprête à être rasée pour laisser place à un combo école/parking, plus rentable d’après le maire du village.. On assure l’avenir en éliminant purement et simplement cette rue habitée actuellement par des ptits vieux. Seulement, ces ptits vieux, cela fait 60 ans qu’ils vivent ici.. des souvenirs, ils en ont à la pelle. Des bons & des mauvais, de l’amitié & des engueulades, des enfants, des mariages & des divorces.. bref, l’impasse des Colibris c’est toute leur{s} vie{s}. Alors pour Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et Marceline, pas question de laisser faire. Cette mauvaise troupe dOctogéniaux, un peu dépassées et aux faibles moyens, souhaite garder leurs dernières demeures jusqu’au bout.

Petit à petit, l’impasse des Colibris va faire du bruit. A coup de canne, de dentier, de rap en déambulateur Anatole, Marceline, et les autres vont progressivement faire comprendre à la France entière que leur rue ne doit pas disparaitre…. Page facebook, interview télévisée, tous les coups sont bons.. mais réussiront ils à faire plier le maire ?

C’est un roman où les flash back sont très présents : Marceline, narratrice au caractère bien trempé, refait l’histoire en commençant à leur arrivée dans cette impasse. On valse au son du tango, on rigole sur la place en regardant les enfants faire leurs premiers pas et tomber, on râle en surprenant nos ados flirter.. Puis petit à petit, nous comprendrons pourquoi les haies d‘arbres ont délimité les jardins des voisins, pourquoi les couples s’engueulent, pourquoi certains caractères se sont grisés, pourquoi le Maire est si obtus.. tout simplement pourquoi le passé est si important pour la bande de vieux amis. Le temps qui passe nous rappelle que la vie défile et qu’il faut en profiter.

Avec ce troisième roman, sans grande surprise, je retrouve le style très personnel de l’auteur. Cette plume reconnaissable qu’on ne peut pas lui enlever, cette joie de vivre dans le ton, alors qu’elle raconte des histoires sensibles aux sentiments parfois douloureux. Virginie Grimaldi c’est la bulle de bonheur assurée, même quand elle prend des sujets forts pour nous les mettre en pleine tête, nous fait réfléchir à l’émancipation de la femme ou au courage de s’affirmer et vivre pleinement. C’est l’assurance de retrouver le sourire après sa lecture, de croire aux Bisounours (car oui ils existent..) et pas que dans l’impasse des Colibris.

Virginie Grimaldi, c’est une plume hyper fluide, sensible et humoristique.. Quelque fois facile, là où j’aimerais qu’elle se perde ou creuse plus profond.

Alors oui ce n’est pas un roman à hautes sensations mais c’est ce qui fait qu’on aime la Grimaldi’s Touch :  ce sentiment d’après lecture qui nous laisse un gout de trop peu, mais le souvenir d’un bon moment passé en compagnie de personnages toujours entiers et humains, qui nous renvoient parfois à nos propres faiblesses.

Merci à Babelio et Fayard pour cette lecture ainsi que pour la très joyeuse soirée de lancement organisée pour cette occasion (et pour tous les joulis cadeaux !).

 

Quand nos souvenirs viendront danser

Et un énorme Merci à Virginie Grimaldi pour avoir assurer lors de cette soirée, malgré son état de grossesse avancé et sa fatigue !

⇓ ⇓ ⇓ ⇓ ⇓ ⇓ ⇓

Et comme je vous l’annonçais, des petits cadeaux inside !

J’ai déjà le livre « Il est grand temps de rallumer les étoiles » en numérique et en poche, je décide donc de vous faire gagner l’audio 🙂

Quand nos souvenirs viendront1

Dans ce kit-de-survie-Grimaldi, vous avez :

Un tote bag

Quelques minis goodies : protège passeport, tatouage, marque-ta-page..

Et… le livre audio « Il est grand temps de rallumer les étoiles »

Ce concours est valable ici et sur Instagram. Je prendrai les participants des deux supports car je souhaite remercier mes abonnés habituels, et vous n’êtes pas toujours les mêmes ici et là bas.

Le concours se termine un jour.. je ne sais quand. Peut être la semaine prochaine, ou celle d’après. Jouez et je vous ferai signe !

Pour tenter de remporter ce lot :

Abonnez vous à mon blog – Invitez 12 personnes – Partagez sur les réseaux Canadiens et Hawaiens.. Faites 3 fois le tour de votre village en marche arrière et postez la vidéo en story.

Sinon, dites moi simplement en commentaire que vous participez et je mettrai votre petit nom dans le Choipeau Magique.

WordPress, Instagram, Fayard, Livre de Poche, Audiolib ne sont pas responsables en cas de pépins.
Publié dans Service Presse

L’Atlas de zoologie poétique {Emmanuelle Pouydebat}

atlas de zoologie poétique

Bonjour à tous,

En voilà une belle lecture.. un beau moment.. ! De plus, un très bel objet, comme j’aime à avoir près de moi. Vous savez, la lecture pour moi, c’est comme avec la nourriture (mes deux passions ! ) : je veux dire, l’envie de lire un livre c’est le plaisir des yeux d’abord, comme avec une assiette que l’on m’apporte.. ce que je vois en premier, la présentation, l’harmonie des couleurs, les odeurs aussi, tout ça doit me donner envie de plonger ma fourchette dedans ! Un livre, c’est pareil : la couverture, les couleurs, le résumé et l’odeur parfois.

Lorsque j’ai vu ce livre sur le net la première fois, mon cœur de beurre n’a fait qu’un bon ! En toute bonne addict qui se respecte, il me le fallait. C’était sans compter sur la générosité des Editions Arthaud et Babelio que j’ai eu le privilège de recevoir cette merveille.

Alors ?! je n’ai pas été déçue du tout : ce livre est vraiment Beau ! Une belle couverture cartonnée mate, avec mon animal fétiche en première page, une tranche bleu-turquoise, ou vert-canard suivant l’humeur ; il n’en fallait pas moins pour me faire craquer, vraiment c’est super beau ! (l’ajout de superlatifs à tout va est simplement obligatoire ici ! )

 

 

Je me suis décidée à ouvrir cet Atlas pour découvrir ce que l’auteur, Emmanuelle Pouydebat, et son illustratrice, Julie Terrazzoni nous réservaient.  L’atlas est composé de 6 chapitres :

Les animaux inimaginables

Se nourrir, coûte que coûte

Séduire pour que la vie continue

Se soigner, se régénérer, résister, arrêter le temps

Se camoufler, se protéger, se défendre

Survivre au froid, au monde souterrain, au désert, à l’air et à l’eau.

Et à chaque chapitre, de regorger d’informations sur des animaux marins, terrestres, volants et rampants, des plus ‘normaux’ aux plus exceptionnels et colorés, voir quelque fois même un peu moches… Une carte du monde indique le lieu de vie principal de ces animaux et une citation plus ou  moins poétique ou littéraire – en rapport avec l’animal, termine la présentation :

« L’océan tire sa salinité des larmes de requins mal compris »

Hypnotide, Landlocked, à propos du Grand Requin-Marteau.

Ce que j’ai vraiment aimé, et ce qui je trouve, rend cet Atlas parfaitement accessible aux plus jeunes aussi, ce sont les explications : claires, précises mais un vocabulaire très abordable, et parfois même un peu d’humour :

[…] Complexe, sublime et minuscule araignée. Petite donc mais… séduisante ! Car le mâle sait y faire pur faire craquer ses prétendantes. Imaginez plutôt… Monsieur arbore tout d’abord sur son opisthosome, la région postérieure de son corps, son abdomen, une sublime ornementation colorée de bleu, rouge, jaune ou encore orange. Ensuite, il sait l’utiliser. Comment ? En paradant. Comme un paon.. […]

Quant aux illustrations, elles complètent parfaitement le livre, beaucoup de douceur dans les traits, de belles couleurs, douces ou chatoyantes mais qui illustrent à chaque fois l’animal en lui rendant vraiment honneur. Les enfants ne peuvent qu’être complètement subjugués par ces dessins. Et nous adultes, ne nous lassons pas de caresser sans danger l’Araignée Paon, nager avec le Tardigrade ou lézarder au soleil avec le Diable Cornu..

img_20181217_100531

Je referme ce livre avec beaucoup de belles images en tête et la satisfaction d’une lecture réussie : apprendre encore et toujours sur ce monde magique qui m’entoure.

L’atlas de Zoologie poétique fait sans conteste partie des très beaux livres qui ornent ma petite bibliothèque. Une bible à avoir pour feuilleter, apprendre ou simplement voyager au milieu de ces animaux poétiques.

Un grand merci aux Editions Arthaud pour ce sublime ouvrage. Je ne peux que vous conseiller d’aller piocher dans leurs autres Atlas, s’ils sont tous aussi beaux que celui-ci, nul doutes que cette collection est un trésor !

∴ ∴ ∴ ∴ ∴ ∴

Résumé : Bienvenue au pays des merveilles animales où des lézards marchent sur l’eau, des insectes se prennent pour des fleurs, des grenouilles ressuscitent et des requins font des bébés tous seuls!
Cet atlas met à l’honneur trente-cinq créatures extraordinaires aux capacités inattendues et parfois inexplicables. Autant de rencontres éblouissantes qui célèbrent la richesse et les mystères du monde animal, cet univers largement méconnu où il nous reste tant à découvrir, à transmettre et à protéger…

Lien vers le site des Editions Arthaud c’est ICI

Sortie le 17 octobre 2018 au prix de 25€