Sur le fil {Pulp Ink – Collectif}

Sur le fil

Hey bom dià !

Il y a quelques temps, j’ai eu le bonheur de recevoir – entre autre – ce recueil de la part de Bouffanges, un auteur que j’affectionne tout particulièrement ; déjà pour la qualité de sa plume, sa discrétion mesurée et sa gentillesse débordante. Bien triste je suis, qu’il ai stoppé (temporairement.. ) la publication de ses œuvres, mais c’est un autre sujet sur lequel je m’épancherai peut être un jour, histoire de faire grincer des dents les fanatiques.

Donc ce recueil..  J’aime beaucoup la couverture, claire, cotonneuse, légère comme une balade dans le ciel. L’homme marche sur un fil comme sur celui de sa vie, trouve son équilibre comme nous devons trouver le notre, il hésite, avance, mais ne doit jamais tomber.

Ces 7 nouvelles, parfois très courtes, sont des histoires de vies suspendues à un évènement qui peut les faire basculer et tomber de haut, jusqu’à descendre dans les ténèbres de la douleur. Toutes sont emplies d’images qu’il est possible ou non de voir ou d’interpréter de multiples façons.

J’aurai voulu lire ce recueil sans avoir le nom des auteurs, histoire de ne pas être influencée car j’en « connais » déjà deux et je sais que leur plume est bien plantée là.. Récidive de leur part encore une fois.

Voici maintenant ce que j’en ai pensé :

» » Les pas de Louise de Nicolas Chevolleau

Cette nouvelle est merveilleuse ! C’est une valse sur l’âme d’un arbre qui, même coupé, continue à vivre et à rêver. Le texte est très doux, très poétique, c’est une danse avec Louise.. Il a fait ressortir tellement d’images que je n’ai pas réussi à me fixer sur ce que le bois représentait à présent : un pantin de bois, un porte manteau, le parquet.. peut être même personnifié en un amour mutilé ? Ravie de découvrir cet auteur !

» » Balade dominicale de Florian Collonge

Une tendre balade qui tourne au drame, entre un père et sa jeune enfant. Avec des mots simples, l’auteur nous glisse très vite dans l’ambiance fraiche et terrifiante de l’inévitable et la résignation..

» » L’apocalypse selon Marie de Bouffanges

Ma claque, mon coup de cœur ♥ La fin du monde a eu lieu, une déflagration et tout s’arrête. Encore une fois Bouffanges parle avec justesse et force de tout ces sentiments violents qui surgissent lorsque l’Apocalypse frappe.. Ces douleurs viscérales, le monde dévasté qu’il va falloir reconstruire, si tant est possible. Je n’ai rien vu venir, la dernière phrase est assassine. Je ne peux que me sentir vaciller aussi face à ce qui arrive à Marie. Il est évident que mon monde s’écroulerait de la sorte. Mon cœur à moi se crèverait…

» » Miss T de Fémi Peters

Quand la folie s’invite… belle mais triste histoire d’une fille pas toute seule dans sa tête. Plume vive, directe et saccadée, à l’image de ce fil qui l’a relie à la folie.

» » Un, deux, trois de Jeanne Sélène

Encore une nouvelle fois, Jeanne Sélène saisi les mots avec tendresse et frappe en plein cœur. Une vie délaissée d’un petit garçon qui ne demandait qu’à être aimé et qui, tout au long de sa vie, n’a été que malmené, transparent. Les mots sont tristes, durs, emplis de rage parfois et de regrets. Le fil de sa vie se rompt et la corde nous enserre la gorge, tels les mots de Jeanne..

» » Perpetuum Mobile de Jean Christophe Heckers

Le fil de la mémoire, ce fil si fragile et dépendant de bien des choses. Lorsqu’il se brise, on fait appel aux objets, aux émotions, aux personnes qui nous ont aimées ou celles que nous avons malmenées. Mais sommes tous égaux face aux souvenirs ? Et souhaitons nous tous nous rappeler des même choses ?

» » Résurrection de Selma Bowinger

Très court texte. Mais peu de longs discours peuvent panser la nouvelle si brute de notre propre renaissance.

» » Je te vois de Iléana Métivier

Un tendre message d’amour d’une relation envolée. Les notes de musiquent les lient. Ils ne sont jamais bien loin et l’aura de l’un protège celui qui reste. J’avais lu une autre nouvelle d’Iléana (et dois lire L’éveil..) et je retrouve la même plume sensible, douce.. et mélodieuse cette fois-ci.

Voilà, un recueil encore une fois très complet et qui comble mes attentes de lectrice sensible et instinctive. Merci les auteurs !

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

Résumé : En équilibre précaire, des personnages oscillent entre résignation et résilience. Dans ce recueil, Pulp, Ink., un collectif d’auteurs indépendants, tisse des histoires sur le fil de la vie, de la mort, fil d’Ariane ou de suture… Bienvenue dans cet univers sur le fil du rasoir.

Collectif : Pulp Ink (cliques ICI)

66 pages – 3.48€ en broché et Gratuit en numérique.

D’encres & de sang Édition 2018 {Collectif}

Parfois, il vaut mieux en dire peu que tartiner des âneries sur 400 pages : parce qu’une nouvelle met l’essentiel dans peu de mots, Chronic’Express aussi !

Bom dia pirate !

Une méga Chronic’ Express aujourd’hui car il s’agit du Recueil de nouvelles « D’encres & de sang » édition 2018. Un collectif regroupant les plumes de 15 auteurs autos-édités pour la plupart.

d'encre et de sang

Je n’avais pas eu vent du cru 2017 {??}, mais cette année je ne laisse pas passer. Il me semble que la version papier n’était dispo que quelques jours. J’ai opté pour une version numérique, pratique et rapide pour moi qui bouge tout le temps !

Les auteurs du recueil « D’encres et de sang » ne toucheront rien sur les ventes.
Les royalties sont intégralement reversées à l’association « Pour l’amour des livres », basée à Tulle, qui récolte des fonds pour offrir des livres aux personnes isolées, âgées, et aux services pédiatriques des hôpitaux.
En achetant ce recueil 12€, vous vous offrez 320 pages de frisson littéraire, et vous faites une bonne action !

J’aime beaucoup les nouvelles, elles se lisent facilement, entre deux romans, ou entre deux stations de bus. Dans ce recueil, il y en a pour tous les goûts ; du rire au glauque, des larmes aux frissons, j’ai découvert des auteurs et confirmé mon affection pour d’autres. Voici un petit tour des plumes :

⇒ Malbouffe de Cédric Péron

Un petit message subliminal très bien imaginé sur les « bienfaits » de la bouffe industrielle. Trop court, j’en redemanderais bien une part. Réveillez vous bordel !

⇒ Rien de presse de Nick Gardel

Plume au langage directe et sans bavures, seulement sur la fin !  Prêts à tout et revirement de situation, ses personnages sont sans pitié, je découvre l’auteur Nick Gardel et ses écrits bien menés.

⇒ Deux nuits d’Arnaud Codeville

Belle plume malgré une histoire plus que gore. La parfaite jeune fille modèle part en week-end avec son amoureux parfait.. C’est sans compter sur la rencontre avec la famille cannibale. N’étant pas pas une adepte du genre, l’hémoglobine présente fait son effet ! j’ai encore le goût des boyaux sur la langue.. Bravo.

⇒ Aspiration de Michael Fenris

Nouvelle absurde et franchouillarde : quand deux paysans à moitié alcooliques se disputent, ça fait des tâches. Lecture facile et sympa.

⇒ Gourmandise de Lawren Schneider

Malgré un dialogue amoureux trop mielleux trahissant une entourloupe de madame sentie à 15 mètres, je n’aurai pas imaginé de suite la farce de monsieur.. Tous des salops machiavéliques ? Bref, c’est bon.

⇒ Dominique… nique… nique… de Valérie Dufourd

Celle là, m’a bien menée en bateau. Avec un prénom mixte, il faut s’attendre à une surprise. J’ai eu beau être attentive sur toute ma lecture, un adjectif non accordé en début dès les premières pages – voulu ou non – m’a mis le doute jusqu’à la fin. Intrigue bien menée, belle pirouette finale, j’ai adoré !

⇒ Le jouet de Frank Klarczyk

Histoire fantastique de deux gamins qui s’amusent avec le modélisme du père, une histoire ouverte à d’autres « portes », assez surnaturelle, bien menée. Et si notre monde reposait dans les mains de gamins ?

⇒ L’homme en noir de Céline Saint-Charles

Le destin sans fin d’une femme qui voyage.. dans sa vie ou ses vies. Peut-on changer un détail sans que le reste change et sans faire du mal à notre entourage ?  Très bien ficelée, cette courte nouvelle devrait nous faire réfléchir. Petit coup de coeur.

⇒ Le Black Billy Goat de Sébastien Vidal

Du bon et poussiéreux western, une histoire bien ficelée et un final sans retour. Un auteur à découvrir.

⇒ Échappée belle de Katia Campagne

Pas de sang, pas de boyau… mais tellement d’amour. On ne peux qu’aimer et verser une larme .. Papy & Mamy, je vous aime. Et Katia aussi ♥

⇒ Une soupe de scorpions de Nicolas Lebreton

Bon, toutes mes confuses, mais je suis passée à côté.

⇒ L’autre nom de Lou Vernet

Très court SOS d’un malade qui n’ose pas parler, plutôt partir, tristement.

⇒ Ce qu’il pouvait m’arriver de mieux de Théo Lemattre

Très – trop courte nouvelle. Un triste message d’amour, suite à une rupture : des regrets, des remords puis, un au-revoir. C’est fini. J’ai d’autres livres de Théo, je poursuivrai avec un roman, car bien que triste, la plume est belle 🙂

⇒ Apnée d’Ilona Troadec

Style très jeune et langage un peu abrupt, traitant de mal-êtres de jeunes. Malgré l’application de la jeune auteure et une plume qui fait bien ressortir les émotions d’ados, je n’ai cependant pas accroché.

⇒ Woods sweet woods d’Anthony Signol

Dernières confessions d’un condamné à mort à un homme d’église. Irritant, les poils qui se dressent et un final qui frôle avec le fantastique. Je me suis vue allongée sur cette maudite table, merde !

∴ ∴ ∴ ∴ ∴ ∴

Bien que la couverture laissait présager un peu plus de tripes à la mode hémoglobine, je ressors plutôt satisfaite de ce recueil. M’en vais chercher celui de l’an passé !

Sinon les auteurs, un nouvel opus pour 2019 ?

Belle semaine ! à bientôt ♥

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

Résumé : Par une nuit sans lune, quinze auteurs se sont réveillés en sursaut. Quelque chose murmurait d’entre les murs, chuchotait sous les vieilles lattes des planchers. Quelque chose grattait derrière les portes verrouillées. Ils entendirent hurler des âmes torturées. Alors ces quinze auteurs se sont levés et ont répondu à l’appel maléfique du Fantastique et de l’Epouvante, aux admonestations des forces du Thriller, du Polar, ou du Noir. Habités, ils ont tapé avec frénésie sur leurs claviers de l’imaginaire. Surfant sur les cris de souffrance, entre les giclées de sang chaud et les visages déformés par la terreur. Cela a donné des chapitres, cela a donné quinze nouvelles et un nouveau recueil d’Encres et de Sang…
Entrez, n’ayez pas peur, venez vous nourrir à leur jus littéraire, première pression à froid, première pression à mort.

>> 15 nouvelles inédites écrites par : Valérie Dufourd, Lawren Schneider, Michael Fenris, Katia Campagne, Céline Saint-Charle, Nick Gardel, Anthony Signol, Cédric Péron, Arnaud Codeville, Ilona Troadec, Lou Vernet, Théo Lemattre, Sebastien Vidal, Frank Klarczyk et Nicolas Le Breton

 

Chronic’Express * Le printemps des crocodiles {Laura D.}

Parfois, il vaut mieux en dire peu que tartiner des conneries sur 400 pages 🙂 parce qu’une nouvelle met l’essentiel dans peu de mots, Chronic’Express aussi !

le printemps des crocodiles

C’est une première pour moi, je goute un nouveau « genre » de lecture. Je ne t’en dis pas plus car cela dévoilerait trop le sujet de la nouvelle. Je te laisse découvrir..

J’ai donc parcouru ma lecture avec Nathan, le héro de la nouvelle. Un héro malgré ses faiblesses et ses terribles doutes. Il a un lourd passé qui le confine dans un monde où il n’existe pas, où il n’est rien. Nathan est fragile et on ne peut qu’être touché par sa tristesse et son mal être. Sa carapace est faite de tatouages et il ne laisse personne y rentrer.. Jusqu’au jour où quelqu’un perce l’amure et fait naitre de nouvelles émotions plutôt réconfortantes.

Un regret tout de même, bien que ce soit le jeu, c’est très court, on à peine à s’attacher aux protagonistes afin d’approfondir leur sentiments et personnalités.

Une histoire sur l’acceptation de soi mais aussi le rejet des émotions. Très belle découverte pour un univers inconnu pour Félicie 🙂

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

Résumé : J’ai toujours cru que mon apparence me définirait aux yeux des autres, alors je me suis forgé une armure et j’ai transformé mon corps pour qu’il me représente tel que je le souhaitais. Aujourd’hui on m’appelle Caïman.

Auto Edition ◊ Nouvelle gratuite ◊ 20 pages

 

Chronic’Express * Le tatouage d’Amanda {Caroline Giraud}

Parce qu’une nouvelle met l’essentiel dans peu de mots, Chronic’Express aussi !

tatouage d'amandaHey coucou !

Aujourd’hui, c’est une nouvelle Spin Off de « La loi de Gaia » dont je te parle.

C’est un texte très court et percutant, toujours aussi hargneux, sur l’un des personnages du premier roman : Milian. Tiraillé entre deux choix, il se pose beaucoup de questions d’où un style d’écriture de la part de l’auteure, toujours interrogatif et incisif afin de comprendre réellement le passé du personnage.

Pas de doutes, pour avoir lu le roman de Caroline Giraud, je te confirmes que tu es bien dans le même univers ! La psychologie des protagonistes est bousculée ainsi que celle de ses lecteurs.

Bien que je n’ai pas complètement adhérer au roman l’an passé, j’ai lu cette nouvelle pour retenter l’univers de l’auteure. Peut être me manquait il des infos la première fois et ce spin off allait assouvir cette envie ? Non..

Un style qui n’est toujours pas pour moi, trop complexe. Mais qui confirme que Caroline Giraud à sa propre plume et qu’elle s’y tient. En tout cas les fans y trouveront complètement leur came !

Merci pour cette nouvelle gratuite ♥

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

Résumé : En haut des studios, Milian, mannequin célèbre, participe à une campagne contre les violences faites aux femmes.
Au pied des studios, dans une ruelle sombre, une jeune fille est sauvagement assassinée.
Mais personne ne s’en inquiète. Pourquoi ? Elle est tatouée. C’est une criminelle.
Personne ne la plaint. Personne, sauf Amanda.
Mais les criminels sont-ils toujours des monstres ?

Auto Edition ◊ 15 pages ◊ Gratuit sur Kindle

Genre : Spin Off, Dystopie, Nouvelle

Chronic’Express * Panique sous le sapin {Valérie Bel}

Parfois, il vaut mieux en dire peu que tartiner des conneries sur 400 pages 🙂 parce qu’une nouvelle met l’essentiel dans peu de mots, Chronic’Express aussi !

41vswgFkIML._SY346_

J’ai repris les navigations mais mon estomac n’est pas encore très acclimaté. Les « nouvelles » sont très bien pour passer quelques minutes en bonne compagnie. Celle de Valérie Bel a complètement rempli son job !

Échange de cadeaux ratés, double vie, vengeance de femmes blessées.. tout y est pour passer un moment très cocasse et vraiment drôle ! Je découvre la plume de Valérie Bel et je suis ravie. Elle nous plonge très rapidement dans le bain avec une situation plus que compromettante et embarrassante pour l’un des protagonistes.

Narration faite par les personnages eux mêmes, à tour de rôle. C’est génial, chacun y va de ses propres sensations et émotions. L’auteur a su créer des individus très différents et tout de même très attachants, bien que pas tous très honnêtes. Forcément, je déteste Jean-Pierre, j’adore et je plains Anne-So et Anais… ben Anais.. doit-on la blâmer ou la comprendre ?

Le retournement de situation est excellent, bien qu’ayant vécu le même cas, il m’eut été impossible de copiner aussi facilement avec Anais 🙂 (je lui aurai fait bouffer le pyjama licorne moi ! )

Je vous laisse découvrir cette nouvelle bien marrante et tristement réaliste. J’ai hâte de lire le roman « Nous danserons encore sous la pluie« , acheté l’an passé.

∴ ∴ ∴ ∴ ∴ ∴

Résumé : Noël, un moment de joies familiales toutes simples ? Pas pour tout le monde… En tout cas, pas pour Jean-Pierre qui, ô catastrophe, a interchangé les cadeaux de deux femmes chères à son cœur. Ah, quand on a une double vie, elle est parfois… doublement compliquée !

Auto Edition

Pages : 35

Prix num. : 0.99€

Genre : Littérature sentimentale, Humoristique

Pour vous la procurer, c’est ICI