Publié dans ABC de l'Auto Editon, Service Presse

Jinjinaji {Kate Del Ferra}

Jinjinaji
Bonjour à tous,

Voici un drôle de roman que nous propose l’auteur Kate Del Ferra : un titre qui peut laisser interrogatif jusqu’à ce qu’il apparaisse enfin dans ce livre.. Tiens ! A partir de là, tout tournera autour. Et nous voilà au beau milieu d’un joyeux bordel familial.

Une histoire somme toute banale : un couple de jeunes retraités,  essoufflés par leur vie à deux depuis que l’enfant chéri à quitter le cocon, attendent la venue de ce fils adoré (qu’ils n’ont pas vu depuis des mois) et de sa « nouvelle » compagne. Tout pourrait laisser penser à une chouette semaine en famille. Mais dès le début, le ton est donné. Un huis clos, 4 personnages et des conversations qui frisent parfois le ridicule et la perversion.

Chacun veut bien faire, surtout les parents qui souhaitent accueillir le couple dans les meilleures conditions, mais très vite, la situation dégénère. Une fois les 4 personnages réunis, on découvre qui est le héro, qui a le grand rôle : car oui, Jacques est mon héro. Et pourtant : il est fatiguant, détestable, manipulateur mais à l’inverse, très subtil et rationnel. Il est aussi con que touchant et naïf. Il va nous raconter sa vision des choses, ses points de vue, ses fantasmes sans vergogne, tant pis pour ceux qui sont gênés.. on est de la famille bordel !

Petit à petit, les relations s’étiolent, se rapprochent, se frôlent,  s’évitent, s’étouffent.. Nous sommes spectateurs de cette famille au bord de l’implosion. On aborde ici la complexité des relations humaines, des limites de la familiarités, de la folie avouons-le, le tout, sous couvert d’humour. Une satire qui l’emporte vraiment sur le coté sombre et manipulateur du thriller psychologique – qui pour moi n’est pas flagrant. Une lecture qui marque et reste en nous un moment, rien n’est caricaturé car Jacques existe bel et bien dans notre entourage. Si, si, on a tous un tonton bien lourdingue 🙂 Un texte qui pourrait largement avoir sa place sur les planches, où les émotions et parodies sont faciles.

En bref, un très bon moment de lecture, un roman addictif à découvrir !

Je souhaite beaucoup de succès à Jinjinani et bien sûr, à Kate Del Ferra.

 

Service presse confié par l’auteur…

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

 

Résumé : Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas profité de ce cadre idyllique.
Pourquoi ne pas y aller cet été, avec sa fiancée. L’occasion rêvée pour ses parents de rencontrer l’élue de son cœur.
Retraités et heureux propriétaire de leur maison dans les Alpes, ils seraient ravis d’apprendre la nouvelle.

Edition de la joie ◊ 310 pages ◊ Parution 17/08/2017 ◊ 18€

 

 

Belle semaine à vous..

Publié dans ABC de l'Auto Editon, Chronic'Express

Chronic’Express * La maison abandonnée {Iléana Métivier}

Parfois, il vaut mieux en dire peu que tartiner des futilités sur 400 pages 🙂 parce qu’une nouvelle met l’essentiel dans peu de mots, Chronic’Express aussi !

 

Maison abandonnée

J’adore la plume d’Iléana, ce n’est plus une surprise.

Avec des mots doux et une plume délicate, elle nous emmène cette fois-ci dans les sentiments profonds et douloureux qui accompagnent le deuil.

C’est grâce à l’art des graffs que l’héroïne va essayer de surmonter la perte de son double.. dans cette maison abandonnée, partagée avec d’autres artistes ; par le biais de messages interposés, elle va graver son désespoir.

La plume de l’auteur est toujours aussi belle et très imagée, nous partons dans un tourbillon de sombres émotions tout en laissant naitre un peu d’espoir, si tant est possible.

Iléana exploite cette fois l’art du dessin, elle m’avait déjà conquise avec la musique dans « Je te vois ». Une plume à suivre assurément !

 

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

Résumé : Ce sont nos mots sur ces murs. Leur art qui les illustre.
Sur la pierre de cette maison abandonnée, ils subsisteront après nous, après eux. Même après toi et moi.

Nouvelle Auto Editée * Site de l’auteur ICI

◊  ◊  ◊

Publié dans ABC de l'Auto Editon, Service Presse

L’éveil {Iléana Métivier}

l'eveil

Bom dià !

Le voilà le livre-qu’il-est-bon. Je ne vais pas me faire des amis mais tant pis.. C’est un peu grâce au blog que vous apprenez à me connaitre, mais avec ce bouquin, vous n’aurez plus de doutes sur mon point de vue sur la société. Un livre qui peut vraiment diviser, ou peut être pas car les concernés ne le liront pas, trouvant qu’il est complètement perché.

Je ne sais pas comment tourner ce retour de lecture, j’aimerai qu’il fasse vraiment honneur à ce que je viens de lire : L’Eveil n’est pas un roman, c’est une lettre ouverte à tous les être humains. C’est une Bible. C’est un livre que j’aimerai mettre dans la figure de certains pour qu’ils se réveillent et à d’autres, pour qu’ils arrêtent de nous mentir ! carrément 🙂

Ce roman, il est juste parfait selon moi. Ce n’est pas un « coup de cœur » comme je peux avoir pour un livre car ce n’est pas une fiction,  je n’ai pas été surprise, pas de suspens, pas de final explosif.. Ce roman est une évidence.  J’ai un gros gros coup de cœur pour Iléana, j’adore cette personne et ce qu’elle écrit. Comme j’aurai aimé discuter avec elle autour d’un thé bio ! J’adhère à 300% à ce livre tant il est vrai.

Nous tournerons les pages en compagnie deux jeunes adultes : Sloann,  issu d’une riche famille et Aëlle, qui remplace temporairement sa mère femme de ménage dans cette même maison. Ils auraient pu bien s’entendre dès le début si leurs deux mondes n’étaient pas si opposés ! Étonnant lorsque l’on vit sur la même planète.. C’est avec beaucoup de patience, de tolérance et d’écoute que ces deux là vont lié une amitié. Leurs différences vont aussi malheureusement les éloigner, les faire souffrir et faire ressortir bien des incompréhensions. Quand on est élevé dans un moule, difficile d’en sortir sans douleurs…

Ce livre, sous forme de rencontre entre ces deux jeunes adultes, est une juste vision écrite de ce triste  monde dans lequel nous vivons : les pauvres, les riches, les bobos, les bourges.. les gens, les vrais, les cons. C’est le combat perpétuel des humains d’aujourd’hui. Au fil des pages, nous aborderons les thèmes actuels qui gouvernent notre monde, la politique, l’économie, l’éducation, l’argent, la santé, puis des thèmes très personnels comme la bienveillance, l’écoute, les blessures, les accords toltèques, l’amour, l’amitié, la confiance en soi, mais aussi en l’autre ..

Tout est disséminé, expliqué, transmis par le biais de cette amitié entre Sloann et Aëlle, les deux principaux protagonistes. Aëlle, c’est la super amie, elle a des valeurs qui sont proches des miennes, elle est sensible, elle fait attention aux autres, elle est passionnée, elle défends ses idéaux, elle écoute, elle a fait l’école à la maison, elle mange raisonné..

Et Sloann, le parfait con-en-devenir, genre de personnes que je n’aime pas franchement. Une éducation parfaite « selon ceux de son monde», dans les meilleures grandes écoles, pour devenir un grand manitou des affaires, comme papa. Et brasser de l’argent, gouverner, fructifier, déforester, fabriquer, empoisonner, polluer notre monde. Normal.

Pour l’Eveil, il y aura trois types de lecteurs :

∴ Ceux qui croient lire une simple fiction tirée de l’imaginaire de l’auteure : ce livre est bien, Aëlle et Sloann vont bien ensemble et l’histoire d’amour est trop belle..

∴  Ceux qui crieront au scandale au bout de la 15 ème page, car rien de tout ça n’est vrai voyons ! c’est du grand n’importe quoi, l’argent on en a besoin, la déforestation c’est inévitable, l’école est obligatoire ! Normal, ils se voilent la face ; enfin ils savent mais ne veulent pas changer leur mode de vie.

∴  Et puis, les autres, les humains à qui ce livre va forcément parler, confirmer des choses.. Ceux qui ont tout compris et ont les yeux bien ouverts sur cette société de crotte-de-biquette. Et qui essayent de se battre, comme Aëlle, contre ce système qui nous étouffe et nous empoisonne. Pour notre planète, demain, qui sera j’espère, protégée par nos enfants, grâce aux valeurs qu’on leur transmet aujourd’hui. Toutes ces valeurs qui se perdent, à cause de ceux qui sont au dessus et qui s’en mettent plein les poches sur notre dos.

Pas besoin de vous préciser à quel lecteur j’appartiens ? #JeSuisAëlle ♥

Concernant la plume, sujet important car primordial ici : rassurez vous, elle n’est pas aussi tranchante que mes propos 🙂 Je retrouve cette belle plume découverte dans « La maison abandonnée » et « Je te vois ». Une plume douce et sincère, juste, fluide et très actuelle. Le sujet est plus que maitrisé, des références littéraires et cinématographiques sont présentes pour appuyer les propos. Ce livre est une petite pépite à mes yeux. C’est ma bible pour me rappeler à chaque fois, la voie qui est la mienne.. Même la romance est mesurée, car oui il y a des sentiments d’amour.. Mais pas de scènes de sexe-à-la-mode (ouf !!) parce que même s’il y a amour, tout est subtil, ressentit.. et puis parce que le sexe n’est pas le sujet principal de ce livre, c’est une partie, comme dans notre vie. Il compose avec tout le reste pour y trouver sa place et un équilibre parfait. Encore une fois, pas obligé d’être dans la démesure pour faire passer un message.

Pour le coup, je ne peux que m’identifier au personnage d’Aëlle, chose rare.. Aëlle, c’est complètement moi, mais la version terrienne de ce que je suis sur l’eau. Je suis elle à 99%. Le 1% restant c’est parce que je n’ai pas de jardin moi sur le bateau ! Mais oui j’ai quitté la France pour  tout ce quelle avance et pour toutes ces injustices et ces aberrations. J’ai fais le choix d’être libre et de fuir un monde qui m’oppresse.

Je ne peux que vous recommander ce livre, il vous redonnera confiance en vous sur le pouvoir de faire changer les choses. Ce livre ne se termine pas, il reste ouvert et se transmet. C’est à vous de continuer de l’écrire, avec votre plume.

Je tiens bien évidement à remercier Iléana Métivier pour m’avoir transmis son livre en service presse, comme je suis ravie de l’avoir lu !! Je lui souhaite maintenant de continuer à transmettre toutes ces merveilleuses valeurs à son mini elle ♥

 

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

 

Résumé : Aëlle, issue du milieu altermondialiste, se bat pour sauver l’Éducation Nationale, menacée de privatisation par l’État. Blessée lors d’une manifestation, elle va malgré tout travailler à la villa des Riveria, où elle rencontre Sloann, ce riche héritier. Ils se disputent aussitôt : vu son discours antigouvernemental, la jeune fille n’a-t-elle pas provoqué les Policiers ?

Ils n’ont rien en commun, excepté leur curiosité et leur ouverture d’esprit les poussant aux échanges vifs et argumentés.

Mode de vie, carcans sociétaux, écologie et blessures transmises par l’éducation… De discussions engagées en confidences, de querelles en réconciliations, les deux jeunes adultes apprennent à se connaitre. Au-delà de leur attirance mutuelle, leur monde intérieur vacille.

Auto-Edition  ◊ 600 pages ◊ Prix broché 18€99€ / num. 4€99€

Disponible chez votre libraire, sur Amazon, Bookelis, Cultura… Exemplaire dédicacé sur commande. Pour le numérique : Amazon, Fnac, Kobo, Bookelis, Nolimstore, Bookeen

8 chapitres en téléchargement gratuits sur Bookelis, Fnac, Kobo ou Amazon.
ISBN : 978-2-9562297-2-8

Publié dans ABC de l'Auto Editon, Chronic'Express

Chronic’Express * Destinations Inconnues {Club des Indés}

Parfois, il vaut mieux en dire peu que tartiner des conneries sur 400 pages 🙂 parce qu’une nouvelle met l’essentiel dans peu de mots, Chronic’Express aussi !

 

Destinations-inconnues

 

Bon, c’est ma petite déception du mois.. J’étais super emballée à l’idée de découvrir ce recueil à la couverture paradisiaque. Je ne connaissais la plume que d’une auteure et j’avoue être passée à côté de la plupart des nouvelles. Zut !

Manque d’accroche, plume à laquelle je n’adhère pas, histoire sans intérêt ou final qui tombe comme un cheveux sur la soupe. Il est arrivé pour quelques nouvelles que je ne vois pas du tout où l’auteur à voulu en venir…

Pourtant je ne m’étais pas mis la pression, le thème me parlait forcément : les vacances, le soleil la folie, le voyage … Alors oui c’est vrai, tous les voyages sont permis ici, que ce soit le sable chaud, l’espace, la campagne et cette diversité est pas mal. Elle nous permet de toucher toutes les sensibilités.

D’habitude, je parle de toutes les nouvelles d’un recueil mais pour cette fois, je mets en avant celles qui m’ont plu :

Les Oursons blancs débarquent à Ibiza, d’Amélie B : les copines en vacances, les sorties, l’amour estival et ses surprises.

Le passager d’Isabelle Morot Sir :  elle est mignonne, j’ai souris bien qu’on devine dès le début qui est le passager en question.

Chasse au trésor de Line Marlin : une belle morale et une plume que j’aime. Un voyage dans l’imaginaire d’une enfant pour se rendre compte que le vrai bonheur ne se trouve pas loin.

Au bord du gouffre de Larème Debbah : malgré un final très rapide, il reste inattendu et l’intrigue est vraiment pas mal. Être carriériste n’apporte pas que du bonheur…

Malgré tout, c’est un vrai cocktail de genres qu’il y a dans de recueil et vous trouverez sans aucun doute de quoi vous divertir sur la plage !

Et comme les indés sont ultra généreux, il est Gratuit sur les plateformes de ventes telle que Kobo ! > c’est par ici <

 

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

 

Résumé : Les beaux jours sont là ! Adieu nuits à rallonge et efforts désespérés pour se réchauffer ! Le soleil revient, la température monte, les esprits s’échauffent en rêvant d’évasion. Besoin de partir ? Ça tombe bien, le Club des Indés vous emmène en voyage ! Amélie B, Audrey Martinez, Aurélien Grall, Daryl Delight, Elijaah Lebaron, Isabelle Morot-Sir, Larème Debbah, Line Marlin, Marie Havard, Marjorie Levasseur, Nina Jo, Sélène Derose, et Sophie Rouzier sont réunis pour vous proposer leur catalogue de destinations. Amour, frisson ou émotion ? Avion, train ou navette spatiale ? Il y en a pour tous les goûts ! Que vous soyez coincés dans les embouteillages ou détendus sur la plage, le recueil de nouvelles vous fera vivre mille sensations. Ce délicieux cocktail de littérature indépendante comprend pas moins de 13 nouvelles. Alors, pas d’hésitation : embarquez pour une destination inconnue avec le Club des Indés ! Destinations inconnues Une anthologie éditée par le Club des Indés. Illustration de couverture par Guillaume Levasseur

◊  ◊  ◊