Ah.. le livre qui va faire parler de lui cet été.. Je vous l’accorde, je ne suis pas objective : Alexis Legayet est en phase de devenir mon auteur français chouchou, il monte allègrement sur le podium infernal.

Mes retours de lectures ont pour but de vous inciter à lire un roman qui m’a plu. Mais pour une fois, j’ai un message contraire. Autant vous dire illico, chers copains lecteurs, si vous n’avez pas d’humour ni de second degré, ne lisez pas ce roman, car il risque fort de vous chatouiller là où il ne faut pas.

En l’an de grâce 2029, Alain Barfol, un brin potache, prof de philo dans un lycée, commet l’irréparable. Lors d’une manif bondée, dans un acte débile et puérile entre potes, il met une claque aux fesses à son collègue qu’il croit reconnaître de dos.

Sauf que ce n’est pas son collègue.

Mais une jeune journaliste – haut placé – avec qui il avait rendez-vous pour une interview.

Le « hue cocotte claqué » est très très mal perçu, la journaliste porte-plainte. Ce geste l’embarque malgré lui dans une spirale infernale où toute sa vie sera épluchée, jugée, jusqu’à sa façon de tenir ses cours. Pourquoi ? Parce qu’en 2029, non loin de là, c’est l’ère du néo-féminisme qui règne.

Une ère où les lois ont changé, certaines thèses classiques sont revues et corrigées car jugées antisémites, sexistes ou racistes.. L’apologie de la hiérarchie des sexes fait ravage dans les tribunaux. Le machisme est reconnu comme maladie psychique par l’OMS, c’est dire !

A partir de ce moment, vous assisterez à la mise à mort et à la castration de ce pauvre Alain Barfol.

« Êtes-vous prêt à faire un gros travail sur vous, monsieur Barfol ? Reprit la procureure.

– Je suis prêt à faire tout ce que vous voulez, Madame la procureure de la République », répondit Alain Barfol, penaud et en sueur…

Impossible, toutefois de faire couler une seule petite larme. Fichu stoïcisme !

« Voyez-vous, nos prisons sont bondées et puis, franchement, c’est très inefficace. Le prisonniers pour crimes et délits sexuels ressortent autant, voire plus obsédés qu’auparavant et, fatalement, c’est la rechute. Il existe cependant une autre voie, une expérimentation…

– Qui m’éviterait de passer devant le juge d’instruction ?

– Vous avez bien compris. Il s’agit d’un centre, le centre Olympe-de-Gouges…

– Comme mon lycée !

– Oui mais dorénavant ce sera vous l’élève.

– Et pour apprendre quoi, Madame la Procureure de la République ?

– A vous ramollir la cuirasse…

Un contrat est alors conclu avec la procureure de la République : Alain Barfol sera puni et devra subir quelques mois de redressement dans un centre de rééducation pour machistes où la dirigeante et ses collègues vont tout faire pour l’émasculer et lui faire rendre les armes.

Le centre Olympe-de-Gouges est un centre d’expérimentation : des brimades jusqu’à l’humiliation, on y défait l’homme de tout stéréotype soit-disant machiste (adjectifs ‘faibles’ à l’encontre des femmes, regard anodins sur une partie du corps…. ), l’obligeant à « subir » les attaques permanentes, inconscientes ou non, faites aux femmes. Au centre Olympe-de-Gouges, l’homme doit faire les courses, regarder des films d’amour, s’asseoir les jambes croisées,.. pisser assis.. et autres joyeusetés. On revoit totalement ses pensées et ses actes ; normal, car il est psychiquement déviant, à tendance misogyne obsessionnelle et compulsive..

Sans lien apparent, le roman surf avec un sujet actuel : #metoo. « Délivrez-nous du mâle » est une fable loufoque, sans parti pris aucun ! La plume d’Alexis Legayet reste toujours humoristique mais sérieuse et fait réfléchir aux conséquences et excès du néo-féminisme.

À eux d’avaler maintenant… {M. Wittig}

Je n’ai pu rester indifférente au sort d’Alain Barfol, personnage finalement attachant : passer du pervers par erreur à victime en pleine castration en fait un héro, bien malgré lui. En plein désarroi, il subit cet abus de pouvoir féministe et absurde. Il y a autour de lui toute une galerie de personnages secondaires importants, bien campés dans leurs rôles : Amélie Dastovic, directrice en cheffe de la Matrice Olympe-de-Gouges. Mimosa, infirmière aux charmes de body buildeuse. le/la Docteur.e Richer, médecin inclusif.ve du centre…

Un de mes passages préférés : un jeu de rôle demandant à Barfol quel comportement avoir face à une femme portant une grosse valise croisée dans la rue.. Une scène poussée à l’extrême – encore une fois – qui sera prétexte à le descendre et le ridiculiser.

S’il lui propose son aide : c’est qu’il la prend pour une faible, s’il évite d’avoir un regard porté sur elle (car il a flairé le truc) ; c’est qu’il lui manque de respect, s’il lui fait un compliment pour se rattraper en affirmant que les femmes ont plus d’esprit que les hommes ; c’est une flatterie douteuse.. Bref, cela démontre bien que quelque-soit nos bonnes intentions, il y aura toujours quelqu’un qui trouvera quelque-chose à redire et que ceux qui ont le pouvoir peuvent tout. Et ont toujours raison.

Le calvaire d’Alain Barfol s’arrêtera t’il lorsqu’il se fera enlever par un groupuscule secret ? Si vous n’avez toujours pas peur, lisez-le pour connaître son sort..

Même s’il faut avoir beaucoup de second degré pour lire ce roman, il n’en est pas moins léger. Sous couvert de comédie, il nous pousse à réfléchir également sur ces fameux enjeux du pouvoir. J’y retrouve la portée philosophique propre à l’auteur, grâce à des citations ou des références ciblées. Il déploie ses connaissances, sans jamais alourdir son texte, ni s’écarter du thème de son roman. Nietzshe, Epictète, St Phalle, Desproges, Pascal, Aristote, Schopenhauer… on reviendra même un peu sur la religion avec un clin d’oeil à Dieu-Denis. C’est la patte d’Alexis Legayet.

Vous l’aurez compris, cette lecture a été encore un excellent moment pour moi. Moins « poussé » que ces deux autres romans lus (Dieu-Denis ou le divin poulet et Bienvenue au Paradis), il est vraiment à lire comme une comédie se moquant des déviances et absurdités du militantisme extrême.

Il est vrai qu’à lire plusieurs œuvres d’un auteur, on commence à reconnaître sa verve – c’est d’ailleurs celle qui nous retient – on sait aussi la direction qu’il veut prendre, ce qu’il veut dire, et surtout, le ton sur lequel il faut le lire.

Parce que finalement, ce roman est bourré d’humour, de cynisme et qu’il est politiquement incorrect. C’est potache et j’adore ça.

N’en déplaise à certains.

Alexis Legayet est professeur de philosophie au Lycée et enseigne depuis 15 ans. Auteur au ton résolument iconoclaste, il aime faire réfléchir de manière philosophique et humoristique sur les questions de notre temps (transhumanisme, véganisme, antispécisme…).

« La galanterie n’est que l’extrême raffinement de la culture du viol. »

Merci à Aethalidès pour cette lecture jouissive.

Parution 24/06/2021 – 190 pages – 18€