Les innocents {Michael Crummey}

Début du 19ième siècle, Evered et Ada vivent avec leur parents et leur petite sœur Martha, sur une parcelle isolée de Terre-Neuve, nord du Canada. Les hivers y sont rudes, les étés courts et guère plus chauds. Ils survivent de pêche, du jardin qu’ils essaient de faire produire et des visites semestrielles du bateau de ravitaillement l’Espérance qui leur fourni les autres produits du quotidien de l’époque.

Mais un malheur vient frapper cette famille pourtant tranquille. La petite Martha de moins d’un an décède de maladie, puis la mère et ensuite le père en dernier, laissant Evered 10 ans et Ada 7 ans, livrés à eux-mêmes dans cet anse hostile. Il ne leur reste qu’une hutte de bois au plancher de terre battue pour seule maison et un pauvre potager où ne pousse que des tubercules.

Les parents ont été mis en mer, seule Martha est enterrée sur l’île. Ne voulant pas ‘abandonner’ leur petite soeur, Evered et Ada souhaitent rester vivre seuls ici ; ils sont autonomes, travailleurs, courageux..

Ils concluent alors un arrangement avec le sacristain de l’Espérance : ce dernier accepte de continuer à les avitailler, en échange de leur production de pêche et de jardin.

C’est au rythme des saisons, dans ce coin reculé de l’île que ces deux enfants vont évoluer. Le froid, le travail acharné pour payer le sacristain, la pluie…, la nature offre tout ce qu’elle a de plus beau mais de plus dur également. Leur vie ne sera égayée que par la visite semestrielle du navire et par quelques bateaux perdus.

Des rencontres, qui les feront évoluer, se sociabiliser un minimum, voir un peu plus loin que leur terrible paradis.

Ces deux gamins sont pourtant très attachants et le lien fraternel qui les unit reste omniprésent, un peu trop parfois.

Ada, veut être considérée comme une femme forte et courageuse, elle n’hésite pas à monter la voix sur un frère qui se veut autoritaire et protecteur. Malgré cet attachement, les tensions sont fréquentes et plus les années passent, plus l’appel du large est parfois présent.

Pour ne rien arranger, évidement, l’adolescence et son lot de bouleversements hormonaux bousculeront leur éducation. Pour ces deux frère et sœur élevés mutuellement, qui n’ont aucune idée du monde qui les entoure et sans expérience extérieure, ils seront vite balancés entre croyances et pulsions, se laissant aller aux appels du corps.

Roman contemplatif, mais surtout d’apprentissage par excellence, « Les Innocents » nous plonge dans le quotidien de deux enfants rendus adultes bien trop tôt. Rythmés par le va-et-vient perpétuel des saisons, ils n’auront que la nature et la solitude pour unique terrain de jeu.

Lien du produit aux Presses de la Cité – Parution Janvier 2021 – 336 pages – 21€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s