Les chats de l’écrivaine {Muriel BARBERY)

J’ai eu l’heureuse surprise de gagner ce charmant roman illustré des Éditions de l’Observatoire. Amoureuse des chats, il me tentait beaucoup. Et quelle joie de le recevoir !

Pour commencer, je voudrais être claire : nous aimons bien notre écrivaine. Elle est gentille. Elle n’oublie jamais l’heure de nos repas. Elle ne crie pas devant une souris morte. Elle nous lance des bouchons de liège (notre jeu favori à l’apéritif) quand elle boit du vin (ce qui n’est pas rare). Elle nous emmène chez le vétérinaire au moindre pet de travers. Nous l’aimons vraiment bien.

Mais trop c’est trop.

C’est ainsi que débute le roman.. La couleur est annoncée. Ici, la parole est donnée à 4 merveilleuses boules de poils : il y a Kirin la narratrice, Pétrus, Ocha et Mizu, quatre chartreux ma foi un brin prétentieux et au poil hérissé. Convaincus d’être bien plus que des animaux, ces chats arrivent à un point de leur existence, où ils en ont ras-les-coussinets et aimeraient bien que l’on rende à César les honneurs qui lui reviennent. Quels honneurs ? Ceux de motiver, inspirer, chouchouter et épauler leur écrivaine de maîtresse.

Car chacun leur tour, avec leur particularités félines – ou physiques, ils apportent l’inspiration à Muriel Barbery. Il est vrai que l’auteure se sert parfois des anomalies de Mizu ou de la joie de vivre de Pétrus pour construire ses personnages, c’est donc tout en désinvolture qu’aujourd’hui, ils demandent réparations : sans eux, ses conseillers littéraires, l’auteure ne pourrait pas être celle qu’elle prétend être.

Marre d’être achetés à coup de croquettes, la vérité doit éclater.

« Les chats de l’écrivaine » c’est presque la revendication des chats d’écrivains. C’est un regard félin sur tout un pan de la création littéraire ; Kirin et son syndrome de la beauté fatale nous racontera la vie de leur maîtresse, cette écrivaine à la passion Japonaise, sa rigueur, ses colères, ses manies, sa mauvaise foi (et oui ! ), et le quotidien avec son mari et ses amis. Kirin nous dévoilera les secrets cachés de l’écriture, en compagnie de thé, de dialogues interminables entre elle, ses confrères et sa maîtresse (dialogues auxquels personne ne croit d’ailleurs). Tout le monde en prendra pour son grade, que ce soit Minou l’ami écrivain un peu limité, l’éditeur à demi alcoolique ou le mari fidèle qui supporte son emmerdeuse de femme..

Malgré les quelques ironies qu’ils pointent sur leurs maîtres, le regard que portent ces félins pour leurs colocataires n’est qu’amour et caresses.

Ce livre illustré est relativement court (une petite heure tranquille..) mais tout est dit : une patte légère, un ronronnement fluide, une boule d’humour, agrémenté de belles illustrations teintées de gris et orange comme ces chats, pleines de peps et de douceur. Une pause de poésie si nécessaire en ces temps.

Merci Hélène pour ce joli cadeau… Une nouvelle maison d’édition que je découvre enfin et qui me donne envie d’y revenir.

Bravo à l’auteure Muriel Barbery et à son illustratrice Maria Guitard, bonne route à ce petit bijou.

3 commentaires sur “Les chats de l’écrivaine {Muriel BARBERY)

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :