La terre est ronde comme un losange {Emmanuelle URIEN}

Andréa, divorcée et maman d’une jeune Steffie (mal élevée) hyperactive d’à peine 5 ans.

Un job de psychologue à la Station Spatiale, où elle aide les cosmonautes à résoudre pour l’heure – une histoire de cœur en apesanteur.

Tout pourrait rouler parfaitement si son nouveau voisin n’avait pas décidé de reprendre la contrebasse et qu’il n’était pas affublé d’une sœurette intrusive, bavarde et fâchée avec le larousse.

Le roman va tourner principalement autour de ces 3 personnages. Andréa qui tente de cadrer ses cosmonautes, sa fille et son ex mari, pour que tout rentre dans sa petite vie et qu’elle puisse enfin trouver du temps pour elle, et peut être même l’amour, un jour..

Alexis, le charmant voisin solitaire et discret (sauf avec sa contrebasse..) un peu passif, mais gentil. Il se remet doucement à la musique après avoir tout lâché et déserté pendant plusieurs années. Il a fait un trait sur sa vie sentimentale mais sa sœur compte bien le faire changer d’avis.

Philippine, la sœur d’Alexis. Une vie à 100 à l’heure, joyeuse et toujours partante, bien qu’un peu collante. Elle invente des mots, des expressions et elle apporte beaucoup au roman. C’est le personnage que j’ai le plus aimé. La bonne copine qu’on a aussi envie de secouer pour qu’elle se sorte de sa vie soumise de l’ombre.

Une fois tout cela posé, on sent tout de même qu’un des personnage a connu une période très noire et que le tunnel est encore long. On apprendra au fil du roman les secrets et blessures des uns et des autres. On remonte petit à petit le fil de l’existence, des flash back nous éclairent sur les accidents de vie, les rencontres, les ruptures des 3 principaux protagonistes. Des sentiments humains, un part de résilience, du courage, beaucoup d’amour et d’amitié.. Emmanuelle Urien a su les traiter avec beaucoup de justesse et de délicatesse et chaque personnage se construit parfaitement bien.

Je m’imaginais une plus grande immersion dans le monde spatial et une part de ‘psychologie’ un peu plus appuyée mais l’auteure est restée en retrait. Bien qu’Andréa ait une vie sur terre et l’autre dans l’espace, on n’atteindra pas le 7ième ciel, à mon grand regret. On assiste seulement, dans le tiers final du roman, à l’éclosion du malaise amoureux à bord de la navette ; du rythme, de l’action et Andréa a montré qui menait les rennes.

«La terre est ronde comme un losange » a été une lecture tout de même sympathique et quelques passages m’ont peinés. Cependant, bien que le roman soit ponctué de note d’humour avec des traductions de gros mots en allemand, il ne m’a malheureusement pas assez emporté, il m’a manqué ce je-ne-sais-quoi.

Merci à Eyrolles pour l’envoi du roman, je souhaite beaucoup de succès à l’auteure, je suis sûre qu’elle touchera des lecteurs plus réceptifs que moi.

Eyrolles Éditions

Collection Pop Littérature – Parution Septembre 2019 – 300 pages – 16€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s