Des gens irréprochables {Zoe WHITTALL}

Quelle surprise.

Une superbe lecture qui dénote du style que je connais chez Eyrolles !

J’aime les romans de cette maison d’édition, oui je les aime beaucoup.

Eyrolles c’est souvent de la couleur, du pep’s et des paillettes. Bien qu’il y ait toujours un sujet sérieux en fond et une morale où l’on se retrouverait tous et toutes, un brin de développement personnel parfois utile pour nous donner des ailes et nous faire oser, les romans Eyrolles sont bourrés d’humour ou de cynisme (« Julien le Bienfaiteur »), de gaîté et de surprises (« La nounou barbue »), d’amour et de pardon (« Restes aussi longtemps que tu voudras » et « Reviens quand tu veux »), d’apprentissage (« Le scarabée bleu ».. magique !) mais aussi d’amour-désamour (« Dites moi des choses tendres »), ou de maladie (« Si je me souviens bien »).. entre autres..

Mais dans « Des gens irréprochables », il y a ce je-ne-sais-quoi.. de noir. Ici pas de rose, pas de paillettes.

Avalon Hills, communauté tranquille sans histoire, se voit secouée par une affaire scandaleuse : un habitant respecté de tous, père de famille et mari adorable, est accusé d’agressions sexuelles sur des jeunes filles du collège. George Woodbury, enseignant en sciences dans cet établissement, avait d’ailleurs risqué sa vie quelques années auparavant en sauvant une jeune fille de la carabine d’un tueur fou entré dans le lycée..

Que peut-on reprocher à un homme comme lui, dont la vie est soudainement souillée de telles accusations ?

Ce roman retrace, jour par jour, le choc de la terrible nouvelle qui vient heurter de plein fouet une famille au semblant unie.

Joan, la femme de George, infirmière à l’hôpital d’Avalon Hills, fidèle et loyale, elle supporte son mari coûte que coûte et ce malgré les agressions extérieures, Andrew, le fils prodige habitant New York où il mène une carrière d’avocat, bien décidé à défendre son père de cet odieux mensonge, Sadie, jeune ado, devenue persona non-grata au lycée, la seule convaincue d’une culpabilité évidente de ce père adoré et qui décide de mener désormais son petit chemin loin de toute cette agitation.

George est incarcéré, mais nous ne lui rendrons que quelques visites et survolerons même le procès. George est-il coupable ? Le doute subsistera tout au long du roman.

Pourquoi ?

« Des gens irréprochables », ce n’est pas le procès de George au final, mais peut-être bien celui de sa femme et de ses enfants, leurs positionnements et réactions face à cette épreuve. C’est l’histoire d’un foyer, le cœur d’une famille d’apparence parfaite, explosée par un drame et où chacun réagit à sa façon. Il n’est pas rare qu’au sein d’une même famille, les limites au pardon soient différentes et que les doutes soient permis, simplement du fait que nos rapports ne sont pas les mêmes entre une femme et son mari, un père et ses enfants.

Comment fait-on pour continuer à aimer quelqu’un que tout accuse ? Le pardon est-il inné ? Est-ce une histoire de foi ? D’amour ? De résilience ?

Et puis il y a tout ce qui gravite autour de cette famille, manipulations des médias ou d’un auteur en mal de célébrité, les amis désormais aux abonnés absents, les proches qui tentent de nous épauler mais qui ne font qu’aggraver..

Aucune surenchère d’émotion, l’auteure révélera tour à tour, les secrets de famille inavouables de chacun des protagonistes et les mensonges dévoilés rendront ces personnages terriblement réalistes et humains. Un épilogue qui arrive vite et sur lequel on pourrait polémiquer longtemps : qu’aurais-je fais à leur place, dans cette même situation ?

Zoe Whittall ouvre ici un débat et nous pousse à une certaine réflexion, elle teste notre limite, notre morale et notre pardon.

Un grand merci à Eyrolles, mon partenaire de choc, pour sa confiance renouvelée et bravo pour ce roman qui sort de la lignée habituelle.

Lien des Editions Eyrolles

Collection Pop Littérature – Sortie le 1ier octobre 2020 – 432 pages – 19,50€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s