Soudain, seuls {Isabelle Autissier}

Soudain, seuls

Bonjour à tous,

Un petit loupé le mois dernier avec cet article vide.. et personne ne prévient ? 🙂

Est passé sous mes yeux en ce début d’année, un roman que je souhaitais lire depuis un moment.. L’auteure est une femme que j’admire, forcément !

Deux jeunes trentenaires parisiens amoureux, Louise et Ludovic partent faire un tour de l’Atlantique à la voile. Ils décident de faire une escapade à terre, près de la Patagonie, sur une île protégée et pourtant interdite au public. Un violent orage accompagné d’un fort vent les surprend. C’est au retour de cette ballade qu’ils vont s’apercevoir que leur voilier à disparu de la baie. Abandonnés sur cet îlot de terre au milieu du monde, ils vont devoir réagir.

Après la colère et les discussions opposées qui n’aboutissent à rien, il faut vite s’organiser. C’est grâce à leurs tempéraments respectifs d’alpiniste et de navigateur, qu’ils font le nécessaire pour trouver un abri, de quoi se couvrir, chercher à manger ou faire du feu. Une ancienne usine baleinière en ruine leur sert de refuge, avec par chance, quelques vieux meubles et matériels rouillés pour système D. Finalement, ils « s’adaptent » plutôt rapidement à la situation et peu de choses les rebutent. Aventuriers, on ne laisse pas une situation critique dégénérer plus qu’elle ne l’est : pas le temps de philosopher sur les fleurs qui poussent ou un trou dans la coque : action / réaction.

Pour nous lecteurs, ce n’est pas la même limonade : certaines scènes sont brutes, les parties de chasses au manchots ne laissent pas de place aux états d’âmes, le sang, les rats et la boucherie non plus. La plume est franche et imagée, mais jamais de surenchère. Les faits sont tels qu’ils sont dans la vraie vie quand il est question de survivre, vous êtes prévenus.

Louise et Ludovic, bien qu’amoureux, sont différents : l’un fougueux, l’autre tranquille et réfléchie. C’est dans des situations comme cela que l’être humain doit se révéler intelligent, sinon c’est un couple non plus uni dans la galère mais l’un contre l’autre, qui doit survivre.

Dès les premiers jours sur cette île, ils avaient pourtant des divergences d’opinions bien trempées quand ils s‘agissait de chercher à se secourir : quand l’un préfère attendre les secours – tranquillement, pensant que leur disparition sur les radars inquiétera les autorités, l’une pense qu’il est préférable d’aller explorer l’île pour tenter de rejoindre un éventuel poste de secours. Il y en avait forcément un pour les personnes qui travaillaient ici avant. Après une ou deux expéditions infructueuses, ils décident donc de s’établir dans leur nouveau cocon défraîchi, comme si leur vie était désormais actée comme cela. Cette survie durera environ 7 mois, elle sera malheureusement très survolée dans le roman. Un jour, un bateau de croisière passe au large : une énième dispute concernant une technique de S.o.s efficace à employer et c’est à nouveau le couple qui éclate.

Louise, lasse et prise de l’ultime instinct de survie, décide de parcourir cette terre à la recherche de n’importe quoi pouvant les sauver, contre l’avis de Ludovic. Elle profite d’un moment de faiblesse et d’une nuit de sommeil de son homme pour quitter leur refuge. Louise reviendra le chercher, il comprendra, c’est leur dernière chance…

Un passage est particulièrement violent, non pas dans les actes de barbarie sur les manchots, mais bien sur la psychologie d’un des personnages. Je me suis vue un instant dans un passage de Sukkwan Island, là où les mœurs de l’humain seront jeté en pâture au jugement.

Ce n’est pas toujours le plus gaillard qui s’en sort mais bien celui qui s’adapte le mieux..

Une seconde partie de roman s’ouvre, plus solitaire, plus en introspection, moins Robinson puis qu’il s’agit du retour sur terre. J’ai beaucoup moins aimé. Anticonformiste, la société se jetant avidement sur un fait divers et le malheur des gens me débecte allègrement. Dans ce deuxième chapitre, la psychologie de l’humain est mise à l’épreuve. le retour porte beaucoup sur la remise en question, sur la nécessité de se vendre à la presse, au monde de voyeur. Tourner la page, dire la vérité, cacher pour mieux s’en sortir. Qui sommes nous au fond ? On croit se connaître mais face à des situations inédites, on se découvre et c’est une part de nous qui se révèle. Cette part, c’est celle que nous sommes vraiment. Parfois la meilleure, d’autre pas. Notre « moi » profond agit et nous surprend. L’être humain ne comprend que lorsqu’il est au pied du mur. Et c’est un peu dire dans leur situation.

D’autres personnages feront leur apparition, notamment le journaliste, égal à lui-même. Intrusif, prêt à tout pour avoir l’info le premier. Lui aussi assure sa survie professionnelle.. Les personnages sont vraiment bien représentés, chacun est détestable pour les raisons qui nous seront propres. Notre expérience fera le choix qui nous ressemble. Tourbillons d’émotions aux retrouvailles des familles, là aussi encore, comment se comporter face à cette expérience solitaire traumatisante que personne ne pourra comprendre.

Qu’aurions nous fait à la place de Ludovic et Louise ? C’est la grande question de ce roman.

Isabelle Autissier, grande navigatrice, femme de poigne et d’aventure, de courage et d’abnégation que j’admirais déjà forcément pour avoir été la première femme à réaliser un tour du monde à la voile en solitaire.. Je découvre une auteure qui me plaît et que j’ai hâte de lire une nouvelle fois.

 

Soudain seuls

2 réflexions sur “Soudain, seuls {Isabelle Autissier}

    1. Oups, je n’avais pas répondu !!
      Je ne dirais pas violent dans les actes (2/3 chasses au manchots mais c’est tout..) c’est surtout, « violent » moralement. L’instinct de survie t’oblige parfois à te surpasser ou penser différemment .. ou revoir des priorités que tu aurais jugées subtiles dans d’autres circonstances.. On ne peux que se mettre à la place des personnages et se demander si nous aurions fait la même chose.
      Bon week-end 🙂

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s