Trois petits tours

 Bonjour à tous,

Un témoignage qui pourrait faire reculer les lecteurs, tant il parle d’un sujet inqualifiable. Pourtant « Trois petits tours » est différent… Rose est malade, Rose est une enfant.. mais Rose s’en va.

L’auteure donne une parole indirecte au personnel hospitalier, celui qui croisera la route de Rose, avant et après sa courte vie : qu’il s’agisse de la soigner, de la faire rire, de la préparer pour son dernier cocon..

Tout ce petit monde autour aura son heure de gloire, chacun y va de son caractère, de ses émotions, de sa relation avec elle.. Tous ont eu – ont – auront un rôle auprès de Rose, alors l’auteure décryptera leurs intimes pensées, parfois brutalement au risque d’y entrevoir du dédain.

Bien qu’il ne soit en rien comparable à la douleur des parents, l’alternance des points de vue permet de comprendre que tous y perdent quelque-chose. Sa foi, sa dignité, sa patience, son espoir. Chacun réalise à sa façon, gère, expie, survit, passe à un autre dossier. Chaque métier à sa proximité avec les enfants malades, et donc tous vivent la mort différemment, encore plus lorsque c’est celle d’un enfant.

Bien qu’il soit déplacé de le dire, ou l’écrire ici, ce livre est empreint de délicatesse, alors qu’on aurait envie de crier notre colère, Hélène Machelon l’écrit avec pudeur et une part de douceur, toujours mêlée à l’anesthésie du moment… Elle survole ces heures qui suivent le décès, car elle non plus n’est plus là. Mais elle les voit, tous, avec leurs yeux tristes, vides, emplis de non-dits : d’ailleurs que dit on à un parent qui à perdu son enfant ?

C’est un très court roman mais riche de sens et d’émotions diverses. Malgré le sujet innommable, l’auteure reste juste sur ses sentiments, ses relations avec ces personnes.

Ne voulant surtout pas dédramatiser cette étape douloureuse, il est vrai que je m’attendais à une lecture bien plus difficile : j’ai la larme facile et la vie des enfants à l’hôpital me touche personnellement. Mais voilà, la subtilité des mots de l’auteure et la juste répartitions des rôles m’a permis de rester « digne » . Pas d’effusions de larmes, pas d’apitoiements. Elle a su basculer habilement entre les émotions pourtant brutes de la maman et ceux des « interlocuteurs médicaux ». Cela nous permet de reprendre notre respiration, de desserrer les cordes vocales qui se tordent, de ravaler les larmes qui pointent.. de penser à autre chose le temps d’une parole. Le but de ce témoignage n’est pas de vous faire pleurer, je le vois comme un hommage à tous ces accompagnants et une magnifique déclaration d’amour.

Merci à Hélène Machelon pour m’avoir permis de partager – un temps – sa douleur et de faire que Rose continue de briller au dessus de nos têtes.

 

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

 

 Librinova (lien) ◊ 135 pages ◊ 11,90€ broché ◊ 4,99€ num.

 

Hélène Machelon

 

L’enfant est riche de cette faculté hors du commun de toujours choisir le bonheur pour l’épanouir en plein désert. Il s’accommode et dilue les difficultés en simplifiant la maladie pour se centrer sur l’essentiel : l’amour.

Le long des corridors, je rencontre ces êtres exceptionnels de lumière qui s’imaginent des kaléidoscopes fabuleux. Guerriers infatigables, éternels optimistes, ces enfants sont les ambassadeurs du courage.

 

⇓  ⇓  ⇓  ⇓  ⇓  ⇓

Et parce qu’il n’y a pas que mon avis qui compte, allez visiter les autres blogs !

Virtuellement Vôtre

Muse Manias Books

Les livres de Flo