Sur un fil {Pulp Ink – Collectif}

Sur le fil

Hey bom dià !

Il y a quelques temps, j’ai eu le bonheur de recevoir – entre autre – ce recueil de la part de Bouffanges, un auteur que j’affectionne tout particulièrement ; déjà pour la qualité de sa plume, sa discrétion mesurée et sa gentillesse débordante. Bien triste je suis, qu’il ai stoppé (temporairement.. ) la publication de ses œuvres, mais c’est un autre sujet sur lequel je m’épancherai peut être un jour, histoire de faire grincer des dents les fanatiques.

Donc ce recueil..  J’aime beaucoup la couverture, claire, cotonneuse, légère comme une balade dans le ciel. L’homme marche sur un fil comme sur celui de sa vie, trouve son équilibre comme nous devons trouver le notre, il hésite, avance, mais ne doit jamais tomber.

Ces 7 nouvelles, parfois très courtes, sont des histoires de vies suspendues à un évènement qui peut les faire basculer et tomber de haut, jusqu’à descendre dans les ténèbres de la douleur. Toutes sont emplies d’images qu’il est possible ou non de voir ou d’interpréter de multiples façons.

J’aurai voulu lire ce recueil sans avoir le nom des auteurs, histoire de ne pas être influencée car j’en « connais » déjà deux et je sais que leur plume est bien plantée là.. Récidive de leur part encore une fois.

Voici maintenant ce que j’en ai pensé :

» » Les pas de Louise de Nicolas Chevolleau

Cette nouvelle est merveilleuse ! C’est une valse sur l’âme d’un arbre qui, même coupé, continue à vivre et à rêver. Le texte est très doux, très poétique, c’est une danse avec Louise.. Il a fait ressortir tellement d’images que je n’ai pas réussi à me fixer sur ce que le bois représentait à présent : un pantin de bois, un porte manteau, le parquet.. peut être même personnifié en un amour mutilé ? Ravie de découvrir cet auteur !

» » Balade dominicale de Florian Collonge

Une tendre balade qui tourne au drame, entre un père et sa jeune enfant. Avec des mots simples, l’auteur nous glisse très vite dans l’ambiance fraiche et terrifiante de l’inévitable et la résignation..

» » L’apocalypse selon Marie de Bouffanges

Ma claque, mon coup de cœur ♥ La fin du monde a eu lieu, une déflagration et tout s’arrête. Encore une fois Bouffanges parle avec justesse et force de tout ces sentiments violents qui surgissent lorsque l’Apocalypse frappe.. Ces douleurs viscérales, le monde dévasté qu’il va falloir reconstruire, si tant est possible. Je n’ai rien vu venir, la dernière phrase est assassine. Je ne peux que me sentir vaciller aussi face à ce qui arrive à Marie. Il est évident que mon monde s’écroulerait de la sorte. Mon cœur à moi se crèverait…

» » Miss T de Fémi Peters

Quand la folie s’invite… belle mais triste histoire d’une fille pas toute seule dans sa tête. Plume vive, directe et saccadée, à l’image de ce fil qui l’a relie à la folie.

» » Un, deux, trois de Jeanne Sélène

Encore une nouvelle fois, Jeanne Sélène saisi les mots avec tendresse et frappe en plein cœur. Une vie délaissée d’un petit garçon qui ne demandait qu’à être aimé et qui, tout au long de sa vie, n’a été que malmené, transparent. Les mots sont tristes, durs, emplis de rage parfois et de regrets. Le fil de sa vie se rompt et la corde nous enserre la gorge, tels les mots de Jeanne..

» » Perpetuum Mobile de Jean Christophe Heckers

Le fil de la mémoire, ce fil si fragile et dépendant de bien des choses. Lorsqu’il se brise, on fait appel aux objets, aux émotions, aux personnes qui nous ont aimées ou celles que nous avons malmenées. Mais sommes tous égaux face aux souvenirs ? Et souhaitons nous tous nous rappeler des même choses ?

» » Résurrection de Selma Bowinger

Très court texte. Mais peu de longs discours peuvent panser la nouvelle si brute de notre propre renaissance.

» » Je te vois de Iléana Métivier

Un tendre message d’amour d’une relation envolée. Les notes de musiquent les lient. Ils ne sont jamais bien loin et l’aura de l’un protège celui qui reste. J’avais lu une autre nouvelle d’Iléana (et dois lire L’éveil..) et je retrouve la même plume sensible, douce.. et mélodieuse cette fois-ci.

Voilà, un recueil encore une fois très complet et qui comble mes attentes de lectrice sensible et instinctive. Merci les auteurs !

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

Résumé : En équilibre précaire, des personnages oscillent entre résignation et résilience. Dans ce recueil, Pulp, Ink., un collectif d’auteurs indépendants, tisse des histoires sur le fil de la vie, de la mort, fil d’Ariane ou de suture… Bienvenue dans cet univers sur le fil du rasoir.

Collectif : Pulp Ink (cliques ICI)

66 pages – 3.48€ en broché et Gratuit en numérique.

Publicités

7 commentaires sur “Sur un fil {Pulp Ink – Collectif}

Ajouter un commentaire

    1. Il faudrait être difficile ou .. sans coeur 🙂 « La maison abandonnée » aussi est terriblement belle.. Je suis très en retard dans mes retours de lecture.. Merci de votre passage sur ma bibli flottante :*

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :