Publié dans Premières lignes

Premières Lignes d’Auto Edité #15

 

Premières lignes AE

CONFESSION

— Bonjour. Que puis-je pour vous ?

— Je viens me rendre.

— Vous rendre ?

— Eh bien, oui. C’est bien un poste de police ici ?

— Ça l’est. Mais il va me falloir plus de détails.

— Des détails ? Je viens me rendre, je vous dis.

— J’ai compris, oui. Mais pourquoi ?

— Sans raison. J’étais dans le coin et je me suis dit que je passerais bien les vingt prochaines années en prison.

— Pardon ?

— Je plaisantais. Je viens me rendre parce que j’ai commis un crime.

— Vous pouvez détailler ?

— Je peux. Mais ça peut vite devenir assez pénible, aussi bien pour vous que pour moi.

— Je ne peux pas vous arrêter si vous ne me dites pas ce que vous avez fait.

— Je vous aurais prévenu.

— Qu’est-ce que vous avez fait ?

— Vous savez, vous ne devriez pas vous énerver comme ça. Il y a votre grosse veine, là, au cou, qui palpite bizarrement.

— Laissez donc mes veines tranquilles et dites-moi ce que vous avez fait !

— Vous avez de quoi noter ?

— Ça devient pénible, vraiment.

— Oh, ça va, je me renseigne.

— Et donc.

— Et donc… Vous auriez l’heure ?

— Midi.

— Déjà ?

— Déjà.

— Le temps file. Quand je les ai quittés, c’était à peine dix heures. Ce n’était pas vraiment joli à voir, si vous voulez mon avis.

— Quand vous les avez quittés ? Quand vous avez quitté qui ?

— Les cadavres.

— Les cadavres ?!

— C’est ce que je viens de vous dire.

— Les cadavres de qui ?

— Vous savez, c’est vraiment une très longue histoire. Vous n’auriez pas un verre d’eau ?

— Non.

— C’est dommage qui vous vous braquiez comme ça.

— Les cadavres de qui ?

— De gens. Vous ne les connaissez pas, de toute façon. Enfin, j’espère pour vous.

— Donnez-moi les noms !

— Ah, je vous ai donc intéressé.

— Les noms !

— Ils ne vous serviront à rien.

— Dites-moi au moins combien il y a de cadavres !

— À vue de nez, une petite septaine.

— Sept cadavres ?!

— C’est ça. Franchement, ce n’était pas un spectacle des plus ragoûtants.

— Mais… attendez, on reprend.

— Vous n’êtes pas très rapide, quand même. Pas étonnant que vous soyez à l’accueil.

— C’est un choix.

— Oui, oui. Répétez-vous ça si ça vous fait plaisir.

— Mais enfin, je suis très content de rester à l’accueil.

— Donc quoi, vous n’avez jamais rêvé d’être un détective ?

— Bon, peut-être une fois ou deux. Mais les détectives finissent tous dépressifs et seuls. Je préfère autant éviter, voyez ?

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

» Alors, de quel livre il s’agit ? «

Comment j'ai tue sept personnes avec une agrafeuse - Kirilina, Svetlana

Si tu suis bien le blog, c’est une chronique que j’ai écrite il n’y a pas si longtemps. Un O.L.N.I. total. Un crime avoué sous le ton de l’humour, déjanté à souhait.

Je ne m’attendais pas du tout à cela en ouvrant le livre et il s’avère être une bonne surprise 🙂 Si tu n’es pas dans une petite case, je ne peux que te conseiller ce roman.. enfin je ne sais comment l’appeler ! Lis le !

Résumé : Au commissariat de Jauneprairie, on est sur le pied de guerre. Un crime des plus sanglants vient de secouer la ville. Le coupable ? Oh, inutile de le chercher trop loin. Il n’a pas jugé bon de se cacher pour mettre la police en déroute. Non, non. Il a préféré se rendre, sa conscience le chatouillait… Et en plus, il a décidé de ne pas se faire prier pour raconter son histoire. Tout est donc bien qui se finit bien ? Si seulement…

 ∴ ∴ ∴ ∴ ∴ ∴
 

Rendez vous initié par Ma Lecturothèque et repris version Auto Edition dans la Bibli flottante !

Publicités

30 commentaires sur « Premières Lignes d’Auto Edité #15 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s