Premières lignes AE

Esteban jeta un regard las de chaque côté de l’allée du cimetière. Des croix, des sculptures d’angelitos, d’autres croix, des pétales de pierre à la peinture écaillée, et encore des croix. Le soleil déclinait déjà et, décidément, rien ne ressemblait plus à un caveau qu’un autre caveau. Avec un soupir résigné, il renonça à dénicher la tombe familiale pour cette fois. Il avisa la stèle la plus proche, y posa son pack de bières fraîches puis s’y laissa tomber lourdement.

Il tira une Dos Equis du carton. La capsule résista un instant sous ses doigts, puis sauta du goulot et alla se perdre dans les graviers. Esteban n’esquissa pas un geste dans sa direction, toujours avachi sur la pierre tombale. Il leva sa bière en l’honneur des défunts puis en but une longue gorgée. Il avait oublié d’apporter du pain des morts, n’avait pas su retrouver la dernière demeure de ses parents, mais il était venu. C’était déjà ça.

Depuis combien d’années ne leur avait-il pas rendu visite pour le Día de muertos ? Esteban tenta de compter sur ses doigts, mais perdit vite le fil. Pas de quoi culpabiliser, de toute manière. Ce soir, seuls quelques oiseaux tardifs et un orchestre de sauterelles lui tenaient compagnie. Depuis l’Éxtasis, les foules préféraient n’importe quelle colonie à cette vieille Terre démodée, et presque personne ne se rappelait ce qu’était vraiment la mort. Qui pouvait donc encore penser à venir ici ?

Son regard se perdit vers le crépuscule. En contrebas du cimetière, les drones automatiques s’affairaient, bourdonnant comme de grosses mouches d’été dans le ciel de México. Des kilomètres et des kilomètres de banlieue à perte de vue, les immeubles presque tous désertés, plongés dans leur silence endormi. Sous l’ambre du soleil rasant, l’ancienne mégalopole prenait des allures d’Eldorado fossilisé.

Esteban se laissa aller sur le dos, affalé sous les anges de pierre d’un parfait inconnu. La tête en arrière, il regarda éclore les étoiles de part et d’autre de l’anneau artificiel qui tournait en orbite.

∴ ∴ ∴ ∴ ∴

» Alors, de quel livre il s’agit ? «

santa muerte

Santa Muerte a été ma nouvelle coup de coeur l’an passé ! La mort et moi on n’est pas très copine – disons que je n’aime pas en parler [du tout] –  et Xavier Portebois m’a fait en rire et jouer avec. C’est forcément pari gagné.

Laisses-toi envouter par Santa Muerte !

Résumé : Depuis l’ Éxtasis, les nouvelles technologies rendent la mort presque impossible, sauf si l’on se comporte comme un abruti. C’est donc tout penaud qu’Esteban se retrouve au royaume des morts après avoir trop bu. On a beau lui faire bon accueil, il refuse sa situation en bloc et s’empresse d’accepter le marché que lui propose la Santa Muerte en personne. Il a cinq jours pour accomplir la mission qu’elle lui confie, sans quoi il deviendra résident permanent du pays des esqueletos.

 ∴ ∴ ∴ ∴ ∴ ∴

Rendez vous initié par Ma Lecturothèque et repris version Auto Edition dans la Bibli flottante !